Violences policières : saisine collective du défenseur des droits

le
0
Des policiers tiennent un manifestant à terre, le 28 juin.
Des policiers tiennent un manifestant à terre, le 28 juin.

Soixante-six personnes ont témoigné avoir été victimes de violences policières lors des manifestations contre la loi travail. Elles souhaitent une enquête indépendante.

Alors que les opposants à la loi travail devaient faire leur rentrée lors d’une nouvelle journée de manifestation, jeudi 15 septembre, un épais dossier a été déposé cet été sur le bureau du Défenseur des droits, Jacques Toubon.

Il dresse un éloquent inventaire des violences policières essuyées par des personnes mobilisées contre la loi El Khomri depuis le printemps. Le groupe Défense collective, qui apporte un soutien juridique aux manifestants arrêtés et qui est à l’origine de cette saisine, a choisi de rendre public le dossier, mercredi 14 septembre, à la veille de la reprise des hostilités.

La politique de maintien de l’ordre mise en œuvre pendant le mouvement social a souvent fait l’objet de critiques, notamment lorsque des manifestants ont été blessés, mais c’est la première fois qu’une démarche collective voit le jour. Au total, ce sont 66 personnes qui ont saisi le Défenseur des droits, le 19 juillet, et qui demandent à cette autorité indépendante d’enquêter sur les violences dont elles ont été victimes.

Le Défenseur a confirmé que son pôle « déontologie de la sécurité » s’était emparé du dossier. A travers les témoignages accumulés, et que Le Monde a pu consulter, on retrouve principalement des accusations d’usage disproportionné de la force et d’utilisation non réglementaire d’armes, occasionnant surtout des fractures, des brûlures et des contusions.

« Roué de coups de matraque » Dominique B., manifestant de 57 ans, raconte par exemple, photos à l’appui, avoir ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant