Violences pendant une manifestation anti-Kabila à Kinshasa

le
0

KINSHASA, 15 septembre (Reuters) - Au moins trois personnes ont été blessées mardi dans des heurts qui ont éclaté pendant une manifestation de l'opposition congolaise contre l'intention prêtée au président Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir, a annoncé le gouvernement. Des hommes armés de planches de bois ont attaqué le millier d'opposants peu après le début de leur rassemblement dans un stade de Kinshasa, a constaté un journaliste de Reuters. Des échauffourées se sont produites avant que la police n'intervienne pour séparer les deux camps. Selon le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, les assaillants étaient probablement des partisans du président Kabila qui auraient été choqués par la "rhétorique injurieuse" des dirigeants de l'opposition. Il a condamné à la fois les attaques et les insultes. Un dirigeant de l'opposition, Emery Okundji, a de son côté accusé les agresseurs d'être des soldats en civil. Les opposants soupçonnent Joseph Kabila, au pouvoir depuis la mort de son père en 2001, de vouloir se maintenir en poste en repoussant indéfiniment la tenue de l'élection présidentielle prévue en novembre 2016, dont la Cour constitutionnelle a demandé la semaine dernière le report. L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), principale composante de l'opposition, a mis fin dimanche aux négociations entamées avec les représentants du président Kabila pour préparer l'élection présidentielle. ID:nL5N11K003 (Daniel Flynn et Emma Farge; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant