Violences en Syrie, Paris menace d'un recours à la force

le
12
Violences en Syrie, Paris menace d'un recours à la force
Violences en Syrie, Paris menace d'un recours à la force

BEYROUTH (Reuters) - La France et ses alliés envisagent un recours à la force si la médiation de l'Onu vient à échouer en Syrie, a dit mercredi le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé.

Plus de dix jours après l'annonce de l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu, les violences se poursuivent dans plusieurs villes de Syrie où la répression depuis un an des manifestations antigouvernementales a fait plus de 9.000 morts selon l'Onu.

"Ça ne peut pas durer indéfiniment. Nous souhaitons que les observateurs en nombre suffisant, au moins 300 (...) puissent se déployer dans les meilleurs délais", "dans la quinzaine", a dit Alain Juppé, à la presse à l'issue d'une rencontre à Paris avec des représentants de l'opposition syrienne.

Le rapport de l'envoyé spécial de l'Onu et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, devant le Conseil de sécurité de l'Onu, le 5 mai, sera "le moment de vérité", a souligné le chef de la diplomatie française.

"Si ça ne fonctionne pas, on ne peut pas se laisser défier par le régime. Il faudra passer à une autre étape sous chapitre 7 des Nations unies pour franchir un nouveau pas pour l'arrêt de cette tragédie", a-t-il ajouté.

Le chapitre VII de la Charte des Nations Unies traite des conditions de l'action du Conseil de sécurité "en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d'actes d'agression".

"JOUER AVEC LES VIES SYRIENNES"

Face à la poursuite de violences, la lenteur du déploiement des observateurs chargés de veiller au respect du cessez-le-feu censé être en vigueur depuis le 12 avril, continue de faire grincer des dents dans les rangs de l'opposition qui accuse l'Onu de "jouer avec les vies syriennes".

La plupart des opposants ont accueilli avec un mélange de colère et de résignation l'annonce mardi par le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'Onu, Hervé Ladsous, que le déploiement de 100 observateurs prendrait encore un mois. "Il leur faut un mois pour arriver ? Ils viennent à cheval ?", s'est demandé un habitant de Homs.

Quinze observateurs, sur les 300 autorisés par le Conseil de sécurité de l'Onu, se trouvent déjà en Syrie.

Sur le terrain, les forces de sécurité syriennes ont tué par balles quatre civils à bord d'un autocar dans la province d'Idlib, dans le nord du pays, selon des opposants.

Ces quatre personnes ont été abattues alors que le car se trouvait à un poste de contrôle sur la grand-route reliant Alep, deuxième ville du pays, à la capitale Damas, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

COMBATS À DERAA

Les médias syriens, étroitement contrôlés par le régime du président Bachar al Assad, n'ont pas fait la moindre allusion à cet incident.

Les tirs contre les occupants de ce car sont survenus 48 heures après la mort de 31 personnes dans la ville de Hama juste après le départ d'observateurs du cessez-le-feu.

D'autres combats ont été signalés à Deraa, dans l'extrême sud du pays, où une personne âgée a été tuée.

Une femme qui s'est rendue mardi soir à Douma, ville farouchement anti-Assad, à l'est de Damas, a fait état de pilonnages sans relâche contre la ville, qui est privée d'eau courante et d'électricité. Les téléphones portables ne fonctionnent plus.

Un dirigeant de l'organisation libanaise Fatah al Islam, Abdel Ghani Djaouhar, a par ailleurs péri en Syrie alors qu'il déposait une bombe, dans le cadre de la lutte aux côtés des insurgés, dit-on de source proche des services de sécurité libanais. Djaouhar est mort vendredi dernier à Koussaïr, à quelques kilomètres de la frontière libanaise, ajoute-t-on.

Enfin, aucune arme n'a été trouvée sur un navire allemand soupçonné de transporter des munitions en Syrie, a indiqué une source gouvernementale allemande.

L'Atlantic Cruiser, qui appartient à l'armateur W.Bockstiegel, avait pris sa cargaison dans le port de Djibouti et faisait route vers la Syrie avant de changer de cap et de prendre la direction du port turc d'Iskenderun.

"Le ministère turc des Affaires étrangères a informé le gouvernement allemand mardi que l'inspection menée à bord de l'Atlantic Cruiser était terminée et que les autorités turques n'avaient trouvé aucune arme ou munition à destination de la Syrie à bord du navire", a dit cette source.

Oliver Holmes, avec John Irish à Paris, Julien Dury, Eric Faye et Marine Pennetier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laquitta le mercredi 25 avr 2012 à 21:07

    tout va bien en France, nous n'avons que la Syrie comme problème important. Dormez braves gens nous faisons nos co.n.neries dans notre coin. Que voulez vous c'est plus drole que de s'occuper de nos petits pb de dettes. Nous allons d'ailleurs consacrer l'argent que nous n'avons pas au pb syrien.

  • M4661438 le mercredi 25 avr 2012 à 20:50

    45 000 morts en libye ne l'empêchent visiblement pas de dormir ! il doit servir le Diable !

  • laquitta le mercredi 25 avr 2012 à 20:48

    il faudrait m'expliquer l'empressement de nos dirigeants à mettre en place les islamistes dans tous ces pays. Est-ce un entrainement pour chez nous ?

  • M5062559 le mercredi 25 avr 2012 à 20:00

    Laxisme,lâcheté, mensonges cela fait un peu trop!

  • M5062559 le mercredi 25 avr 2012 à 19:59

    Bravo et merci Juppé. Avec Hollande comme du temps de Mitterrand on fermera les yeux sur les atrocités et les assassinats.Moi je me dis que si le PS ferme les yeux. Il ment quand il dit qu'il veut aider le peuple car ils nous laisseront tomber comme ils laissent tomber le peuple syrien et comme ils ont laissé tomber le peuple libyen. Il chante l'internationale mais il n'adhère pas au sens de ses paroles.

  • baljo le mercredi 25 avr 2012 à 19:40

    Juppé le magnifique comme le surnomment les arabes, il a juste oublié qu'en face il y avait les popovs, les tchongs et les turbannés.

  • baljo le mercredi 25 avr 2012 à 19:36

    Les observateurs relèvent la remarquable stabilité du cours de la livre syrienne sur le marché noir depuis quelques semaines.

  • CDECHAMB le mercredi 25 avr 2012 à 17:59

    Il a encore jusqu'au 17 mai !

  • peggy111 le mercredi 25 avr 2012 à 17:57

    le roi de la guerre il oubli de nous direcombien ca va nous couter zncore car la llbye nous coute quand meme 400millions d euros pour voir a quoi ca a servi a moins qu on va avoir des contrat comme l affaire karachi dire que sarko voulais vendre une centrale nucleaire las bas dans dix jours il sera plus la un ministre condamner dans des emplois fictifna rien a faire en politique

  • q2lamrd le mercredi 25 avr 2012 à 17:56

    Encore une occase de jouer les gros bras pour montrer leur capacité à diriger, moi je dirais à nuire ...