Violences conjugales : accrochage entre Marion Maréchal-Le Pen et le PS

le
10
Violences conjugales : accrochage entre Marion Maréchal-Le Pen et le PS
Violences conjugales : accrochage entre Marion Maréchal-Le Pen et le PS

Alors que les députés achèvent de débattre du projet de loi sur l'égalité femmes-hommes, un article visant à protéger les femmes étrangères victimes de violences a donné lieu vendredi dans l'hémicycle à un vif accrochage entre Marion Maréchal-Le Pen et des socialistes. Ces derniers ont accusé la députée FN du Vaucluse de «défendre l'impunité». L'article en question prévoit, en cas de violences conjugales, de dispenser ces femmes du paiement des taxes et droits de timbre liés au titre de séjour.

La benjamine de l'Assemblée, qui demandait la suppression de cet article, a jugé qu'il ouvrait la porte «à un certain nombre de dérives». Une intervention qui a déclenché les foudres des députés socialistes. Le rapporteur PS du projet de loi, Sébastien Denaja, lui a rétorqué que ses prises de parole n'allaient «pas nécessairement dans le sens de la protection des droits des femmes». La porte-parole du groupe socialiste sur le projet de loi, Axelle Lemaire, a aussi accusé la députée FN de «défendre en réalité l'impunité, les droits de ceux qui violentent».

La députée FN «scandalisée»

Le rapporteur Sébastien Denaja a ajouté que le coût de cette disposition s'élevait à 160 000 euros par an seulement. «C'est en gros ce que peut toucher une députée européenne pour aller deux ans au Parlement européen même si elle n'y va pas» a-t-il ajouté. 

Marion Maréchal-Le Pen a aussitôt interprété ces propos comme une allusion désobligeante à sa tante, Marine Le Pen, présidente du FN et eurodéputée depuis 2004. La députée FN s'est dite «scandalisée», assurant avoir voté en séance «un certain nombre d'articles» protecteurs pour les femmes.

Le rapporteur du projet de loi a ensuite précisé que le dépôt d'une plainte pour violences n'allait pas entraîner automatiquement l'exonération du paiement prévue. Le préfet conserve «son pouvoir discrétionnaire». La ministre des Droits ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KAFKA016 le mardi 4 fév 2014 à 14:07

    50 mds de reduction des dépenses publiques sur ...1200 milliards un trés gros effort!!??

  • Opapaud le mardi 28 jan 2014 à 18:46

    où vont-ils chercher qu'être battue dispense de payer des taxes, faut vraiment être tordus.

  • M1903733 le vendredi 24 jan 2014 à 21:09

    M112 la différence dont tu parles on ne devrait pas la voir car la grande majorité des femmes étrangères n'ont rien à faire chez nous en dehors de toucher les allocs et tout ce qui va avec.

  • M1903733 le vendredi 24 jan 2014 à 21:06

    M112 la différence dont tu parles on ne devrait pas la voir car la gr

  • M9722583 le vendredi 24 jan 2014 à 19:00

    BRAVO Marion Maréchal Le Pen, je vous soutiens .

  • mlaure13 le vendredi 24 jan 2014 à 18:11

    A tous ceux qui n'ont rien compris...la France est dépecée en morceaux et vendue à la chienlit du monde (plutôt bar-bus sala-fistes) de préférence !...

  • M8951316 le vendredi 24 jan 2014 à 17:38

    pourquoi toujours plus pour l'étranger et de moins en moins pour les Français qui souffrent !!

  • quoa le vendredi 24 jan 2014 à 17:27

    la femme française....... a rien

  • scred le vendredi 24 jan 2014 à 16:51

    Et la femme francaise a droit à quoi au juste.

  • 11246605 le vendredi 24 jan 2014 à 16:43

    Quelle différence entre une femme étrangère et une femme française devant la violence ?