Violences au Brésil : une police d'élite envoyée dans cinq villes

le
0
Violences au Brésil : une police d'élite envoyée dans cinq villes
Violences au Brésil : une police d'élite envoyée dans cinq villes

Le gouvernement brésilien va envoyer la Force nationale, un corps d'élite de la police, pour assurer la sécurité dans cinq des six villes de la Coupe de football des Confédérations secouées par des manifestations violentes. Des membres de cette force nationale qui assume le rôle de la police dans chaque Etat en cas de conflits sociaux ou dans des situations exceptionnelles seront dépêchés à Rio de Janeiro, Bahia, Minas Gerais, Ceará et dans le district fédéral, indique le ministère de la Justice cité par l'agence de presse brésilienne.

Cette mesure ne s'applique pas pour le moment à l'état de Pernambouc, dont la capitale Recife, accueille également certaines rencontres de la compétition, sorte de répétition générale de la Coupe du monde de football. «La Force nationale a un rôle de conciliateur, de médiateur et non de répression», a tenu à préciser le ministère de la Justice dans son communiqué à l'agence de presse Agencia Brasil.

Des membres de cette force d'élite sont déjà intervenus dimanche, devant le stade de Maracana à Rio de Janeiro, pendant le match Mexique-Italie, pour disperser à coup de balles de caoutchouc et de gaz lacrymogènes les manifestants qui tentaient de pénétrer dans l'enceinte. La journée de jeudi sera sensible, avec des marches prévues dans plusieurs villes du pays, notamment à Rio, où elle coïncidera avec le match Espagne-Tahiti comptant pour la Coupe des Confédérations qui se dispute jusqu'au 30 juin.

Des joueurs de la «Seleçao» brésilienne, Dani Alves, Hulk et David Luiz, ont exprimé leur solidarité avec «le peuple» brésilien.

Des manifestations qui ont dégénéré en saccages

Avec 250 000 personnes dans les rues, les manifestations de lundi ont été les plus massives en vingt ans, et ont surpris les Brésiliens, généralement peu enclins à protester, surtout après une décennie de progrès social, en termes de revenus et d'emplois. Mardi, plus de 50 000 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant