Violences à Sarcelles et Barbès : ce que les policiers ont enduré

le
12
Plusieurs compagnies de CRS ont essuyé des combats extrêmement violents contre des casseurs.
Plusieurs compagnies de CRS ont essuyé des combats extrêmement violents contre des casseurs.

Un policier mordu à l'oreille, des épaules couvertes de bleus, de nombreux policiers blessés. Le site d'actualités Atlantico a eu accès aux comptes rendus des compagnies de CRS qui se sont rendues sur le terrain samedi dans le quartier de Barbès à Paris et dimanche à Sarcelles. Leur objectif était de faire respecter l'interdiction de manifester prise par le préfet, et d'éviter les troubles à l'ordre public. Peine perdue. Les manifestations pro-palestiniennes ont bien eu lieu et la guérilla urbaine qui s'en est suivie a pris le dessus sur les forces de sécurité, qui ont eu bien du mal à se faire respecter, et regretté de ne pas avoir eu les moyens nécessaires. Les violences de BarbèsSamedi 19 juillet, 15 h 30, dans le quartier Barbès, à Paris. Quatorze compagnies de CRS sont mobilisées et postées à des endroits stratégiques. "Certains responsables policiers, mezza voce, pensent que la zone autour de Barbès aurait pu être sécurisée totalement", relate Atlantico. Les manifestants - des casseurs, selon les CRS - sont "structurés comme des maquisards". Et attaquent la compagnie de CRS de Darnetal à coups de bouteilles de verre. Les policiers répliquent et lancent des grenades, affirment-ils. Les CRS envoient 380 MP7 (des grenades fumigènes) pour se défendre. Les combats sont violents. Sur les 68 policiers que compte la compagnie, la moitié d'entre eux est blessée. Leur équipement de protection (casques, visières,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le mercredi 30 juil 2014 à 14:17

    Toujours la méthode socialiste : la méthode des petits paquets , quelques effectifs lancés au casse-pipe pour justifier ensuite une intervention massive qui n'a pas lieu.

  • l.guers le mardi 29 juil 2014 à 09:47

    Oh les pauvres... C'est beau un journal bourgeois qui relate les faits du point de vue d'un média néo-réactionnaire !..

  • M2941863 le jeudi 24 juil 2014 à 09:45

    @Miaure13 : et dire que le grostas va faire en sorte que les demandes des ratcailles en puissance soient allégées de manière à lui fournir son futur électorat... Ne m'appelez plus jamais france, elle est bradée.

  • borzeixa le jeudi 24 juil 2014 à 09:16

    C'est pas les flics, c'est l’armée qu'il faut envoyer dans des cas comme ça. Et des tirs a balles réelles.

  • M7403983 le jeudi 24 juil 2014 à 08:52

    meuh non M495 ... réveiller les citoyens d'en France, vous n'y pensez pas, cela pourrait nous amener à une REVOLUTION !!!

  • syjo le jeudi 24 juil 2014 à 08:46

    C'est la faute à la sécu qui rembourse mal les lunettes,les français depuis 40 ans se trompent de bulletin de vote !!

  • boudet le jeudi 24 juil 2014 à 08:15

    Et pourtant, tous ceux qui se sont fait arrêter allaient acheter le pain quand ils sont passés au coeur des manifestations. On ne sait pas comment ces manifestations se sont créées.

  • M4947935 le jeudi 24 juil 2014 à 08:06

    très bonne remarque de @ppetitjTout le monde s'habitue à ce que nos policiers/gendarmes en prennent plein la tronche... faudra-t-il laisser faire une fois une manif sans police pour que les citoyens se réveillent...?

  • ppetitj le mercredi 23 juil 2014 à 18:36

    Les peines sont de 6 mois fermes maximum pour agressions et jet de bouteilles sur la police....C'est beaucoup moins grave que d'insulter une ministre...C'est ce que Taubira apelle l'application du droit pénal sans doute...

  • laquitta le mercredi 23 juil 2014 à 18:24

    ce n'est que le début, ils testent notre determination , hélas nos gouvernants nient le problème.