Violences à l'école : l'appel à la révolte des harcelés

le
0
Violences à l'école : l'appel à la révolte des harcelés
Violences à l'école : l'appel à la révolte des harcelés

Ils s'appellent Jacky, Emeline, Jonathan, Charlène, Lucas... Aujourd'hui, ils ont décidé de briser le silence. D'oser se dévoiler et de dire non au harcèlement scolaire. Non aux brimades, non aux coups et aux insultes quotidiennes, non aux « T'es nul », non aux « Dégage », « Tu pues », « Tu sers à rien », assénés parce que trop petit, trop gros, trop bon en classe, trop mignonne, trop efféminé, trop roux, trop noir... Nous publions leur manifeste (infographie ci-dessous) qui appelle, par l'entremise d'un site Internet*, tous les souffre-douleur, ceux qui l'ont été, les parents de ces milliers d'enfants et d'adolescents -- deux ou trois par classe en moyenne ! -- à se signaler. A l'origine de cette mobilisation sans précédent : des jeunes, héros d'un remarquable film de la documentariste Andrea Rawlins-Gaston, qui sera diffusé dans une semaine tout juste, le 10 février sur France 2.

Sans fard, avec une justesse bouleversante, ils racontent l'enfer entre les murs de l'école et affirment qu'il ne faut plus avoir honte. Deux ne sont plus là pour témoigner. Ce sont leurs parents qui retracent leur chemin de croix, jusqu'au suicide. « On peut combattre le harcèlement, c'est tellement con le harcèlement », assène, entre rage et sanglots, Nora, la maman de Marion, qui s'est pendue à 13 ans.

Face à tant de détresse, les remèdes de l'institution sont encore faibles. Certes, le ministère de l'Education a lancé une campagne de prévention. Un plan de formation des cadres est en cours dans les rectorats. Des établissements précurseurs forment des jeunes référents chargés de signaler et de tuer dans l'½uf les tentatives de domination entre élèves. Néanmoins, pour ces initiatives remarquables, combien, encore, de plaintes inaudibles, de hiérarchie sourde ?

* www.francetv.fr/harcelementscolaire.

Où trouver de l'aide ?

POUR LES PARENTS

Prévenir. Oui, il y a des signes qui alertent : une soudaine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant