Violence à Belgrade : Serbie et Albanie font appel de la décision de l'UEFA

le
0
Violence à Belgrade : Serbie et Albanie font appel de la décision de l'UEFA
Violence à Belgrade : Serbie et Albanie font appel de la décision de l'UEFA

Voici une décision qui n'apaisera pas les tensions. L'instance disciplinaire de l'UEFA a décidé ce vendredi d'accorder à la Serbie la victoire 3 à 0 suite à l'arrêt définitif du match de qualification pour l'Euro-2016 de football contre l'Albanie le 14 octobre à Belgrade, tout en la privant des points de la victoire.

L'UEFA a, de plus, infligé à la Serbie deux matches à huis clos. Les deux fédérations, albanaise et serbe, devront payer une amende de 100 000 euros chacune pour leur responsabilité dans les incidents qui ont mené à l'interruption du match.

La Fédération albanaise de football a immédiatement annoncé qu'elle allait faire appel de la décision de l'UEFA d'accorder à la Serbie la victoire. «L'UEFA n'a pas rendu la justice, les trois points devaient revenir à l'Albanie. Ils ont été enlevés alors que nous les méritions», a affirmé le sélectionneur de l'Albanie, Gianni de Biasi.

Vendredi après-midi, la Fédération serbe de football (FSS) a elle aussi annoncé qu'elle ferait appel contre la décision de l'UEFA, qualifiant la sanction de «contradictoire».

La visite du Premier ministre albanais reporté en novembre

Lorsque le match a été arrêté, à la 41e minute, le score était de 0-0. Un drone, sur lequel était accroché un drapeau nationaliste albanais, avait survolé le terrain, provoquant des heurts entre les joueurs des deux équipes avant un déferlement de haine des supporteurs serbes. 

Ces violences ont encore un peu plus exacerbé les tensions entre la Serbie et l'Albanie. Les deux pays entretiennent dans la région des relations toujours hostiles en raison de différends historiques et récents comme sur le Kosovo, ex-province serbe peuplée en majorité d'Albanais, qui a proclamé unilatéralement son indépendance en février 2008.

Une visite historique du Premier ministre albanais Edi Rama à Belgrade, la première d'un chef de gouvernement albanais en Serbie depuis 68 ans, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant