Viol collectif en Inde : trois ans de prison pour un mineur

le
0
Viol collectif en Inde : trois ans de prison pour un mineur
Viol collectif en Inde : trois ans de prison pour un mineur

Un tribunal indien a condamné samedi un adolescent à trois ans de prison, la peine maximale autorisée, pour sa participation au viol collectif d'une étudiante à New Delhi décédée de ses blessures, une peine jugé trop clémente par la famille de la victime.

«Il a été jugé coupable de viol et d'assassinat et condamné à trois ans», a déclaré à la presse Anil Sharma, le responsable de l'enquête, en annonçant le premier verdict dans cette affaire qui avait ému tout le pays.

En raison de l'excuse de minorité retenue par la justice, l'adolescent, âgé de 17 ans au moment des faits, a été condamné à la peine maximale de trois ans à effectuer dans un centre spécialisé, en tenant compte du temps déjà passé en prison dans l'attente de son procès.

La mère de la victime a quitté le tribunal en larmes, clamant: «Il a eu seulement trois ans (...), trois ans à partir de décembre dernier. Il aurait dû être jugé comme un adulte».

La famille de la victime avait réclamé la peine de mort pour l'adolescent, soutenant que la législation pour mineurs, qui vise à rééduquer plutôt qu'à punir, était trop clémente.

Une vingtaine de manifestants rassemblés devant le tribunal ont également exigé une sanction plus sévère, en criant «Pendez aussi des mineurs».

La jeune étudiante de 23 ans avait été violée par six hommes dans un autobus à New Delhi le 16 décembre 2012 et était décédée 13 jours plus tard dans un hôpital de Singapour des suites de ses graves blessures. Son compagnon avait également été roué de coups.

Le procès des quatre suspects majeurs devrait s'achever dans les prochaines semaines.Le cinquième suspect adulte est mort en prison, apparemment d'un suicide.

Des milliers d'Indiens révoltés avaient manifesté après le viol, appelant à une prise de conscience sur la façon dont les femmes étaient traitées en Inde, et dénonçant l'apathie de la police et de la justice à l'égard ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant