Viol au 36, quai des Orfèvres : le ministre prendra toutes les sanctions qui s'imposent si les faits sont établis

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Quatre policiers soupçonnés d'avoir violé une femme au 36, quai des Orfèvres, le siège de la police judiciaire parisienne, ont été placés jeudi en garde à vue, a-t-on appris de sources proches du dossier. Les faits présumés se sont déroulés dans la nuit de mardi à mercredi après une soirée arrosée dans un pub du quartier. C'est à la suite d'une plainte déposée quelques heures après les faits par la victime présumée, une Canadienne de 34 ans, que le parquet de Paris a ouvert une enquête, sous le régime de la flagrance, a indiqué à l'AFP une source judiciaire, qui a précisé que quatre policiers étaient en garde à vue. D'autres sources avaient fait état auparavant de trois policiers mis en cause.Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a assuré vendredi à Marseille qu'il prendrait toutes les sanctions qui s'imposent si les faits étaient établis dans l'affaire du viol d'une jeune femme dont sont soupçonnés quatre policiers. "Je prendrais toutes les sanctions s'imposant, dans ma responsabilité de ministre de l'Intérieur, si les faits étaient établis", a assuré le ministre lors d'une allocution à l'hôtel de police de Marseille. "Je souhaite que la justice et l'Inspection générale de la police aillent au terme de leurs investigations pour que la vérité soit faite", a encore assuré le ministre.Des faits passibles de la cour d'assisesLes investigations ont en effet été confiées à l'Inspection générale de la police...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant