Vins de Bordeaux : les professionnels prédisent un petit millésime 2013

le
0
Vins de Bordeaux : les professionnels prédisent un petit millésime 2013
Vins de Bordeaux : les professionnels prédisent un petit millésime 2013

Le millésime 2013 des vins de Bordeaux, victime d'une météo capricieuse et de volumes en baisse, est soumis cette semaine à l'appréciation des professionnels du monde entier venus tester sa qualité avant que les propriétaires ne fixent leur prix de vente.

Après les récoltes exceptionnels de 2009 et 2010, 2013 sera, selon les experts, un petit millésime. Pour la troisième année consécutive, le vignoble bordelais s'apprête à commercialiser une troisième récolte consécutive qualifiée «d'hétérogène». Car les conditions climatiques du 2013, avec une floraison contrariée et des vendanges au milieu d'un automne pluvieux, semblent inscrire ce millésime dans la lignée de ses prédécesseurs en 2011 et 2012, de qualité disparate et à boire jeune.

«2013 est vraiment dans l'esprit bordelais, équilibré et bien fait ce qui est l'apanage des vins des Bordeaux. Mais ce n'est pas un 2009 ou 2010, c'est clair», admet Patrick Bernard, président fondateur de l'enseigne de négoce Millésima, un des leaders de la vente aux particuliers.

Dégustation de 200 crus prestigieux

Jusqu'à jeudi, 6.000 professionnels du monde entier sont invités pour la dégustation en primeur dans une trentaine de lieux dispersés sur tout le vignoble bordelais. Ils dégusteront les quelque 200 crus les plus prestigieux et ceux des différentes appellations du Bordelais et, en fonction de leurs notes d'appréciation, ils passeront leurs commandes.

L'intérêt des primeurs, système unique au monde, est pour un propriétaire d'enrichir sa trésorerie en vendant un vin qui ne sera à la disposition du client que deux ans plus tard. Pour le client final, ce système lui permet d'acheter aujourd'hui des vins à des prix plus faibles que ceux qui seront pratiqués lors de la mise sur le marché en 2015.

Les négociants veulent une baisse des prix de 20%

Les spéculations vont déjà bon train pour estimer si les propriétés vont, à l'issue de cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant