Vingt-trois ans après, Aung San Suu Kyi récupère son prix Sakharov

le
0
L'opposante birmane vient recevoir le prix européen alors que son aura s'est un peu ternie, certains critiquant son trop grand rapprochement avec le pouvoir.

Quand elle reçut en 1990 le «prix Sakharov pour la liberté de penser», Aung San Suu Kyi, assignée à résidence par la junte militaire au pouvoir en Birmanie, n'avait pas pu venir le récupérer. Vingt-trois ans après, l'opposante birmane, qui a passé quinze années de sa vie privée de liberté, reçoit son prix en mains propres ce mardi au Parlement européen à Strasbourg. La «Dame de Rangoun», libérée en 2010 puis élue députée aux législatives partielles de 2012, jouit toujours d'une aura certaine à l'étranger. Dans son pays toutefois, cette image d'icône intouchable s'étiole peu à peu.

Heureux d'avoir pu saluer Aung San Suu Kyi à Luxembourg tout à l'heure pic.twitter.com/QP8FaecmMj

-- Laurent Fabius (@LaurentFabiu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant