Vingt-quatre offres de reprises pour Mobilier européen

le
0

STRASBOURG, 10 octobre (Reuters) - Placé en redressement judiciaire le 17 septembre, le groupe Mobilier européen, qui exploite les enseignes Fly, Atlas et Crozatier, a suscité vingt-quatre offres fermes de reprise partielle, a annoncé vendredi l'entreprise basée à Mulhouse. La plus large émane de Nicolas Finck, actuel directeur financier de Mobilier européen qui propose, avec des associés, de reprendre 41 magasins et 748 postes. Arum international, la société d'investissement de Patrick Werner, ancien président de la Banque postale, reprendrait pour sa part une partie des magasins Atlas et 288 contrats de travail tandis que le distributeur But a également fait une proposition qui concernerait 228 postes. "Concernant les 95 magasins détenus en direct par le groupe, 53 au moins font l'objet d'une offre ferme de reprise. Par ailleurs les trois réseaux de franchise Fly (48 magasins franchisés), Crozatier (28) et Atlas (15) font l'objet d'offres fermes de reprise de l'ensemble des contrats de franchise", précise Mobilier européen dans un communiqué. Les offres reçues à ce jour permettraient de maintenir 921 postes sur 1.820 pour les seuls magasins détenus en direct et 2.571 sur 3.742 en y ajoutant les effectifs du siège et ceux des magasins franchisés. Les candidats ont jusqu'au 24 octobre pour préciser les modalités de leur offre auprès des administrateurs judiciaires. "La constitution d'une enveloppe d'environ 20 millions d'euros pour financer le plan de sauvegarde de l'emploi est en bonne voie afin de garantir des indemnités aux personnes qui perdraient leur emploi", précise le groupe. Numéro 4 de la vente de meubles en France, avec un chiffre d'affaires de 744 millions d'euros en 2013, Mobilier européen avait obtenu en juin de bénéficier d'une procédure de sauvegarde. (Gilbert Reilhac, édité par Matthias Blamont)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant