Vingt ans après l'arrivée d'internet, le fax fait de la résistance

le
0
Vingt ans après l'arrivée d'internet, le fax fait de la résistance
Vingt ans après l'arrivée d'internet, le fax fait de la résistance

On le disait moribond, condamné à prendre la poussière dans les greniers et les musées. Vingt ans après l'arrivée d'internet, le fax n'a pourtant toujours pas pris sa retraite, même si son horizon s'est rétréci.Echanges entre administrations, envoi de documents bancaires ou de contrats... "Des millions de personnes continuent à utiliser le fax chaque jour dans le monde", explique à l'AFP Jonathan Coopersmith, professeur à la Texas A&M University et auteur d'un ouvrage sur l'histoire de cet objet.Plus surprenant encore: des machines neuves continuent à se vendre, aux entreprises comme aux particuliers. "Les ventes baissent régulièrement à cause des emails. Mais le marché est loin d'avoir disparu", confirme Nicolas Cintré, directeur adjoint France de Brother, entreprise japonaise leader du secteur. En 2005, les professionnels du secteur estimaient les ventes mondiales à 20 millions par an. Aujourd'hui, elles tournent sans doute autour de quelques millions. "Le marché résiste. Ceux qui prédisaient la mort du fax voilà dix ans se sont trompés", estime M. Cintré.A l'origine de cette résistance inattendue: l'attachement de certains utilisateurs à la télécopie", notamment chez les "générations les plus âgées". "Il y a des habitudes qui perdurent. Le fax sert alors d'élément d'appoint en cas de pannes informatiques", explique le responsable de Brother.Le poids des habitudes, cependant, n'explique pas tout. Il y a aussi le fait que "le fax permet d'envoyer des documents signés, considérés comme authentiques, ce qui n'est pas le cas des courriels", explique Jean Champagne, directeur général de Sagemcom Canada, filiale du groupe français de télécoms Sagemcom, chargée des services liés au fax.Dans le milieu des affaires, mais aussi dans le monde médical ou dans les tribunaux, les télécopies restent ainsi privilégiées pour l'envoi de données confidentielles ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant