Vinci : une montée lente mais sûre dans l'aéroportuaire

le
0
(lerevenu.com) - Le ministère des Finances a annoncé, dimanche, avoir retenu le groupe Vinci et l'assureur Predica (groupe Crédit Agricole) pour reprendre les 9,5% du capital d'Aéroport de Paris que l'État et le Fonds stratégique d'investissements avaient décidé de mettre en vente. L'opération, conclue au prix de 78,5 euros par action, a rapporté 738 millions d'euros, dont 303 millions pour l'État et 435 millions pour le FSI, a précisé Bercy dans un communiqué.

Predica va acquérir 4,81% du capital d'ADP, soit environ 4,75 millions d'actions, et Vinci 4,69%, qui correspondent à 4,64 millions actions. L'État conserve la majorité du capital de l'exploitant-propriétaire de Roissy, Orly et du Bourget, avec une part de 50,63%, contre 54,5% auparavant. Sur les 9,5% vendus, 3,9% appartenaient directement à l'État et 5,6% au FSI : « Conformément au cahier des charges, les acquéreurs se sont engagés à conserver ces titres pendant une période minimale d'un an, et à ne pas dépasser le seuil de participation de 8% du capital pendant une durée de cinq ans », souligne le communiqué.

L'opération permet donc à Vinci de remonter de 3,3% à 7,99% sa participation au capital du propriétaire des trois grands aéroports parisiens. Vinci « met un pied dans la porte » d'ADP, dans la perspective d'une cession probable de la participation majoritaire de l'État, écrit CM-CIC Securities : « Lentement mais sûrement, Xavier Huillard pose les jalons de sa diversification dans l'aéroportuaire dont la croissance interne (3 à 4% l'an) est jugée plus robuste que celle des concessions aéroportuaires », explique le courtier. 

Certes, fait remarquer CM-CIC Securities, le montant (cumulé) d'acquisition de 7,99% d'ADP pour 593 millions d'euros fait ressortir un rendement de cette participation (dividende) de 2,3%, pour un coût de portage d'environ 3%. Mais, en contrepartie d'une impossibilité de détenir plus de 8% d'ADP, Vinci (comme Predica) va obtenir un siège au conseil d'administration. Et, comme Predica a le droit, lui, de ramasser encore 4,19% d'ADP en Bourse, les « concertistes » pourraient contrôler 16% de son capital et, se trouveraient en mesure de consolider cette participation par mise en équivalence. 

Vinci a déjà acquis pour 3 milliards d'euros l'opérateur portugais ANA, une concession de cinquante ans pour dix aéroports (30 millions de passagers par an). Cette opération qui a reçu dernièrement le feu vert de la Commission européenne fait passer Vinci Airports d'un chiffre d'affaires de 167 millions à 600 millions d'euros.

Achetez. 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant