Vinci: porte plainte contre X et confirme ses prévisions.

le
2

(CercleFinance.com) - Victime mardi d'un invraisemblable “hoax” prenant la forme de faux communiqués de presse assassins, Vinci est passé en mode “riposte” : le groupe a annoncé hier qu'il “a décidé de déposer plainte contre X” face à ce qu'il considère comme une usurpation d'identité. En attendant, le groupe a maintenu ses états financiers et confirmé ses prévisions.

Le groupe de BTP et de concessions n'est pas tendre envers les médias : “relayée trop rapidement par plusieurs agences de presse, ces informations mensongères ont fortement impacté le cours de bourse de Vinci, dès leur diffusion”, déplore Vinci.

Vinci nie toujours ces fausses informations en bloc et a profité de l'occasion pour confirmer l'ensemble de ses états financiers et de ses prévisions.

A ce stade, le groupe indique que ses systèmes informatiques n'ont pas fait l'objet d'une intrusion, ce qui suppose que l'opération des faussaires a été extérieure au groupe. Les envois, mardi à 16 h 05 (le faux communiqué dévastateur) puis à 16 h 27 (le faux démenti), des deux premiers faux e-mails contenant des communiqués, via des noms de domaines Internet proches mais différents de ceux du 'vrai' Vinci, étaient accompagnés de la mise en place d'un 'faux' site Internet où lesdits communiqués étaient téléchargeables.

Vinci, lui, a publié un vrai démenti écrit sur son site Internet à 16 h 49.

Par la suite, un dernier “faux communiqué de 'pseudo-revendication'” (selon Vinci) a été envoyé à 17 h 35.

Pour mémoire, l'Autorité des marchés financiers (AMF) mène actuellement une enquête sur ces faits, qualifiés de “grave dysfonctionnement”.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a une semaine

    N'importe quoi Rodger45, c'est le problème des agences de presse, non sécurisées qui publient illico et sans contrôle tout ce qui tombe sur leurs téléscripteurs.

  • rodger45 il y a une semaine

    Avant de porter plainte, Vinci devrait peut-être d'abord se poser la question sur sa cyber-sécurité...