Vinci confirme ses objectifs annuels

le
0
VINCI PRUDENT POUR LE 2E SEMESTRE
VINCI PRUDENT POUR LE 2E SEMESTRE

PARIS (Reuters) - Vinci s'est montré prudent mardi sur la conjoncture économique mondiale du second semestre mais a confirmé ses objectifs 2012 après une première moitié d'année en ligne avec les prévisions d'analystes.

Le groupe de BTP et de concessions (ASF, Cofiroute, Escota et Arcour), qui reste préoccupé par la capacité des collectivités locales à financer leurs projets de travaux, s'attend en 2012 à une baisse du trafic sur ses autoroutes du même ordre de grandeur que le recul de -1,9% enregistré au premier semestre.

"Nous opérons dans un environnement qui n'est pas très facile, la conjoncture mondiale est a minima incertaine et les resserrements budgétaires en Europe et en particulier en France pourraient réduire nos marchés accessibles", a déclaré le PDG Xavier Huillard, au cours d'une conférence de presse téléphonique.

"Dans un environnement économique marqué par la crise des dette souveraines de plusieurs pays de la zone euro, une détérioration de la conjoncture mondiale au second semestre ne peut être exclue."

Fort d'un carnet de commandes toujours record (33,2 milliards d'euros au 30 juin, le groupe a néanmoins maintenu son objectif 2012, relevé en avril, d'une légère croissance de son chiffre d'affaires. Il table également sur un résultat opérationnel et sur un résultat net "proches cette année des niveaux de 2011".

Vinci a souligné que les objectifs de résultats excluaient l'impact des "nouvelles augmentations de charges fiscales et sociales envisagées en France".

Le groupe fait référence au futur forfait social et à la taxe sur les dividendes, dont l'effet négatif total pour 2012 est estimé à quelques dizaines de millions d'euros.

Eiffage, qui exploite le réseau Autoroutes Paris Rhin Rhône (APRR)), a fait état de son côté vendredi d'un ralentissement de la croissance de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre, pénalisé par la dégradation de ses activités de construction et de travaux publics en dehors des frontières de l'Hexagone.

Vinci, dont le chiffre d'affaires avait progressé de 6% au premier trimestre, a réalisé sur le semestre un chiffre d'affaires de 17,94 milliards d'euros, en hausse de 3,6%, un résultat opérationnel sur activité ajusté de 1,58 milliard d'euros (+0,5%) et un résultat net, part du groupe, de 784 millions d'euros (-3,6%).

Le consensus établi par la rédaction de Reuters à partir des estimations de cinq à huit analystes donnait respectivement 17,98 milliards, 1,56 milliard et 781 millions d'euros.

Avant cette publication, l'action Vinci a clôturé en baisse de 2,58% à 34,55 euros, donnant une capitalisation boursière de 19,9 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a pris 2,3%, après avoir perdu 17% sur l'ensemble de 2011.

Gilles Guillaume, avec Michel Pires-Brito, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant