Vinci confiant de dépasser bientôt 50% du CA à l'international

le
0
    * 42% du CA hors de France en 2015, contre 38% en 2014 
    * Fort potentiel dans les concessions en région Amériques et 
en Iran 
    * Difficultés en Afrique dans l'oil & gas, fragilité en 
France 
 
 (Actualisé avec précisions) 
    par Gilles Guillaume et Dominique Vidalon 
    PARIS, 5 février (Reuters) - Vinci  SGEF.PA  est convaincu 
de pouvoir réaliser prochainement plus de 50% de son chiffre 
d'affaires à l'international, les perspectives de croissance de 
ses concessions dans la région Amériques ou en Iran compensant 
les difficultés du secteur de l'oil & gas et l'atonie du marché 
français. 
    Le groupe de BTP et de concessions a fait état la veille au 
soir d'un chiffre d'affaires 2015 stable à 38,5 milliards 
d'euros et d'un bénéfice net, part du groupe, en baisse de 17,7% 
sous l'effet notamment d'un effet de base défavorable avec la 
vente d'une majorité de l'activité parking en 2014.   
    L'action Vinci gagne 1,94%, vendredi à 12h00, le marché 
saluant les prévisions du groupe d'une hausse de ses résultats 
en 2016 malgré une légère baisse attendue du chiffre d'affaires. 
  
    En 2015, l'international a atteint 42% du chiffre 
d'affaires, contre 38% en 2014. 
    "Nous sommes clairement sur le chemin de réaliser plus de la 
moitié du chiffre d'affaires hors de France et d'ici quelques 
années, et davantage à terme", a déclaré Xavier Huillard, PDG de 
Vinci, au cours d'une conférence de presse. 
    Il compte pour cela sur les contrats de concession, qui 
permettent en outre d'allonger la maturité du portefeuille du 
groupe - remonté à 28 ans en 2015 grâce au développement 
aéroportuaire et à l'extension de trois ans accordé dans le 
cadre du plan de relance autoroutier en France - et de gagner 
ainsi en visibilité à long terme. 
    "Les concessions permettent aussi d'accélérer notre 
déploiement, parce que lorsque l'on gagne la Saskatchewan, le 
Chili, ou lorsque peut-être demain nous allons faire des choses 
en Iran, c'est à chaque fois une opportunité pour nos branches 
travaux, soit de renforcer leur présence, soit de s'installer 
dans un nouveau pays (...) généralement pour y rester."  
    Parmi les cibles potentielles ou en cours d'examen, Xavier 
Huillard a cité les Philippines et l'Iran pour les aéroports, la 
Colombie et le Brésil pour les autoroutes et encore l'Iran pour 
les infrastructures ferroviaires. 
    Ces axes de développement permettront au groupe de compenser 
la faiblesse de l'Afrique (-14% en 2015) en raison de la baisse 
des investissements induite par l'effondrement des cours du 
brut, et l'atonie du marché français, malgré des signes récents 
de stabilisation. 
    Sur les aéroports français, le PDG de Vinci s'est redit prêt 
à répondre aux appels d'offres dès le lancement de la procédure, 
attendu en février pour Nice et mars pour Lyon. En ce qui 
concerne la reprise du chantier de Notre Dame des Landes malgré 
la contestation dont le projet fait l'objet, il a simplement 
répondu que Vinci n'était n'est qu'un concessionnaire au service 
de l'Etat, à qui revient la gestion du dossier. 
 
 (Edité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant