Vincent Peillon : «Toute l'éducation prioritaire est concernée par la réforme»

le
0
Vincent Peillon : «Toute l'éducation prioritaire est concernée par la réforme»
Vincent Peillon : «Toute l'éducation prioritaire est concernée par la réforme»

Les ZEP s'appelleront désormais les REP, pour « réseau* d'éducation prioritaire ». Aujourd'hui, le ministre de l'Education nationale annonce le dernier acte de sa refondation du système scolaire : une réforme de la politique d'aide aux écoles et aux collèges des quartiers défavorisés.

Comment vont, aujourd'hui, les zones d'éducation prioritaire?

VINCENT PEILLON. Des choses ont été faites depuis trente ans, modifiées à plusieurs reprises, mais le résultat est très loin de ce qu'il devrait être. Il est même douloureux pour la France. On croit généralement que les zones en difficulté ont plus de moyens. C'est faux. La Cour des comptes a montré que l'Etat donne 47% de plus pour former un élève à Paris qu'à Créteil. Ce diagnostic nous amène à penser qu'il faut une refondation de l'éducation prioritaire.

Que va changer la réforme pour les élèves, dont un sur cinq est scolarisé en zone d'éducation prioritaire?

Le système, pour les trois quarts des enfants, n'est pas mauvais. Mais il est de plus en plus difficile pour un quart des élèves, avec des conséquences sur l'insertion professionnelle, le chômage, etc. L'objectif du quinquennat est que les écarts de performance scolaire entre les enfants de l'éducation prioritaire et les autres ne dépassent pas 10%. Il est aujourd'hui trois fois plus important. Les élèves sont au c?ur de toute la réforme. Le premier axe concerne la pédagogie ; le deuxième, le climat scolaire ; et le troisième, les équipes éducatives. On va leur donner du temps pour se former, organiser un travail en équipe ainsi que le suivi des élèves. Le service que rendent ces enseignants à la nation est considérable. Il n'est pas reconnu aujourd'hui comme il devrait l'être.

Que vont devenir les internats d'excellence, créés sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy?

La logique que je vais développer est inverse à celle qui avait cours et dont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant