Vincent Peillon propose des vacances scolaires d'été raccourcies

le
1
VINCENT PEILLON PROPOSE DE RACCOURCIR LES VACANCES SCOLAIRES D'ÉTÉ
VINCENT PEILLON PROPOSE DE RACCOURCIR LES VACANCES SCOLAIRES D'ÉTÉ

PARIS (Reuters) - Le ministre français de l'Education nationale a préconisé dimanche des vacances scolaires d'été raccourcies à six semaines au lieu de deux mois et organisées sur deux zones géographiques.

Interrogé par BFM-TV, Vincent Peillon, qui se heurte à la résistance des enseignants sur le retour à la semaine de quatre jours et demi en primaire, a cependant précisé qu'une telle réforme des vacances ne pouvait pas être envisagée avant 2015.

L'année scolaire s'étale en France sur 35 semaines seulement, alors que dans d'autres pays comme l'Allemagne c'est 40, a-t-il rappelé.

"Il faut aller progressivement (à) 37-38", a poursuivi le ministre, qui plaide pour des modules de sept semaines de cours "au plus" en alternance avec deux semaines de vacances.

"Et puis, sur l'été, nous devons être capable d'avoir un zonage, deux zones et (...) six semaines (de vacances)", a-t-il ajouté. "C'est suffisant."

Cette proposition est contenue dans un livre sur la refondation de l'école publié par le ministre.

Il a reconnu que ça ne serait "pas simple", car cela obligera notamment à revoir l'organisation des examens, dont le baccalauréat, qui se traduit aujourd'hui par l'occupation de locaux scolaires très tôt au mois de juin.

"C'est un sujet dont on commencera peut-être à discuter en 2015", a estimé Vincent Peillon, qui a souligné qu'il faudrait une "très longue concertation".

"Il faut d'abord changer les habitudes de beaucoup de gens, faire travailler plus les professeurs, donc il y aura des questions de moyens", a-t-il expliqué.

"ABSENCE DE CONCERTATION"

Il a ajouté que si cette réforme des vacances scolaires pouvait être commencée avant la fin du quinquennat, c'est-à-dire avant le printemps 2017, "ce serait bien".

"Mais là j'aimerais déjà qu'on arrive en 2014 à ce que tous les enfants de France soient à quatre jours et demi (d'école par semaine). Et nous ouvrirons des discussions sur la suite après", a insisté le ministre de l'Education.

L'ex-Premier ministre UMP François Fillon, aujourd'hui dans l'opposition, a estimé sur TF1 que les déclarations de Vincent Peillon portaient la marque de "l'improvisation" et de "l'absence totale de concertation".

"C'est un sujet important qui mérite d'être discuté", a-t-il poursuivi. "Il n'y a pas de tabou mais on a déjà connu le désordre autour de la semaine de quatre jours ou de quatre jours et demi. Maintenant, c'est les vacances d'été."

L'ancien ministre UMP Xavier Bertrand s'est également élevé contre les propos du ministre de l'Education.

"Sans aucune concertation, il balance ça, comme d'habitude, à la Peillon", a-t-il lancé lors de l'émission le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. "Là il décide tout seul des vacances."

Raccourcir les vacances scolaires d'été, "ce n'est pas un tabou à une condition", a-t-il cependant estimé : "C'est que vous parliez des programmes en premier, parce que la question c'est, qu'est-ce qu'on veut enseigner aux enfants?"

Emmanuel Jarry

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wanda6 le dimanche 24 fév 2013 à 21:21

    ce n'est pas encore le IV Reich pour aligner tout sur l' Allemagne !