Vincent Peillon : élève appliqué mais brouillon

le
0
Le ministre de l'Éducation, qui a lancé à la rentrée une énième «refondation de l'école», vient de rendre son projet de loi. Une bonne raison d'évaluer son premier trimestre.

Pour ses grands débuts de ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon avait commencé tambour battant. Au lendemain de sa nomination, il proclamait le retour à la semaine de quatre jours et demi à l'école primaire pour 2013, avant d'être sèchement repris par Jean-Marc Ayrault. Il ne faut pas oublier de «concerter»,lui avait-il en substance été indiqué. Le casse-tête administratif et financier que représente une telle réforme lui avait-il échappé? À ce jour, cette dernière a été partiellement reportée.

Cet été, il annonçait que les vacances de la Toussaint seraient allongées, au risque de susciter l'incompréhension dans l'opinion, puisque les spécialistes du sujet ne cessent de répéter que les élèves français ont trop peu de jours de classe. Début septembre, il s'exprimait un p...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant