Vincent Peillon appelle lycéens et étudiants au calme

le
11
VINCENT PEILLON APPELLE LYCÉENS ET ÉTUDIANTS AU CALME
VINCENT PEILLON APPELLE LYCÉENS ET ÉTUDIANTS AU CALME

PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Education Vincent Peillon a appelé lundi les lycéens et les étudiants au calme à la veille de nouvelles manifestations contre les expulsions de jeunes étrangers scolarisés en France.

Les syndicats étudiants UNL, Fidl et Unef demandent notamment le retour en France de la collégienne rom Leonarda Dibrani, dont l'expulsion le 9 octobre vers le Kosovo a suscité une tempête médiatique et politique, et du lycéen Khatchik Kachatryan, expulsé le 12 octobre vers l'Arménie.

Une manifestation est prévue mardi. La Fidl appelle également à une semaine d'actions à partir de lundi et à une deuxième manifestation jeudi.

"Je dis (aux lycéens et étudiants) que leur émotion légitime a été entendue, le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur ont rédigé une circulaire qui sanctuarise l'école et le périscolaire", a dit Vincent Peillon sur France Inter.

"Je demande aux lycéens de faire attention à cette générosité qui est la nôtre, nous avons compris cette émotion", a-t-il ajouté. "Il ne faut pas empêcher ses autres camarades d'être scolarisés, donc pas de violence, pas de blocus".

Vincent Peillon a exclu toute nouvelle mesure susceptible d'assouplir la législation en matière d'expulsion de familles d'enfants scolarisés.

"Nous sommes d'une extrême générosité, nous traitons cas par cas, il peut y avoir des difficultés par moment, des maladresses, elles ont été corrigées", a-t-il dit.

L'expulsion de la famille Dibrani installée à Pontarlier (Doubs) et l'arrestation de leur fille Leonarda, une collégienne de 15 ans, lors d'une sortie scolaire, a provoqué mi-octobre des manifestations lycéennes et des polémiques au sein de la gauche et jusqu'au plus haut niveau de l'Etat.

Un rapport de l'inspection générale de l'administration, commandé par le gouvernement, n'a relevé aucun manquement aux règles en vigueur dans la procédure suivie, incitant François Hollande lui-même à s'exprimer pour proposer le retour en France de la seule collégienne.

L'avocate de la famille a introduit fin octobre un recours contre leur expulsion devant le tribunal administratif de Besançon.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3493130 le lundi 4 nov 2013 à 16:01

    Pauvres jeunesse manipulée et utilisée par la gauche qui survit dans le monde enseignant.Nous ne devons pas aider ceux qui prennent la France pour un paillasson. Cette famille était vraiment peu fréquentable et pas désireuse de s'intégrer. Elle vivait de nos aides et donc de nos impôts alors que des français meurent de froid chez eux. Il faut revenir à la réalité jeunes gens.

  • ppetitj le lundi 4 nov 2013 à 15:04

    nebraska +10

  • M1765517 le lundi 4 nov 2013 à 12:58

    l'éducation devrait au moins enseigner l'esprit critique, là le moins c'est le moutonnage des esprits par la castes gaucho demago

  • nebraska le lundi 4 nov 2013 à 12:41

    C'est encore et toujours la "jeunesse de gauche" assistée qui veut faire sa lois. Un bonne sur-dose de lacrymo et point barre. Avec en prime une retenue des aides à leurs famille afin de payer le cout engendrée par l'immigration clandestine. Ils feront beaucoup moins les malins lorsque leurs parents leur annonceront qu'ils ne peuvent plus leur acheter le dernier I-phone.

  • dsta le lundi 4 nov 2013 à 12:09

    L'équation est simple: MODELE SOCIAL FRANCAIS = ENFERFISCAL = HALTE LA !

  • contava4 le lundi 4 nov 2013 à 11:57

    parents;faut penser à vos enfants ou étudiants;pas de logement pour eux;bourses minimes;combien à couté léonarda?? sans compter tout les autres...la france (le contribuable) ne veut plus payer pour las assistés profiteurs .nous sommes écrasés par le social.........stop;pensons à nos descendants.

  • LeRaleur le lundi 4 nov 2013 à 11:46

    Tous ces ONC ne pensent même pas que ce sont eux qui vont payer plus tard.

  • M898407 le lundi 4 nov 2013 à 11:42

    Quel aveu d'impuissance pour ce gouvernement décidément en-dessous de tout !!!

  • mipolod le lundi 4 nov 2013 à 11:31

    Si les lycéens connaissaient tout de l'environnement de Léonarda, ils seraient certainement moins nombreux à la soutenir et souhaiter son retour : Elle manquait la moitié des cours, la famille tyranisait le voisinage et le père refusait toute forme de travail préférant de loin les aides du CCAS du village et les petits larcins. Les dibrani ont laissé un appartement (fournit gracieusement par la mairie) en ruine.

  • NYORKER le lundi 4 nov 2013 à 11:17

    Les boutonneux sont de sortie.Dans le tas y'en a bien un qui peut acceuillir chez lui Léonarda.