Vincent Peillon annonce la création de 4 000 postes dans les collèges

le
3
Vincent Peillon annonce la création de 4 000 postes dans les collèges
Vincent Peillon annonce la création de 4 000 postes dans les collèges

Le ministre de l'Education Vincent Peillon a annoncé ce vendredi la création de 4 000 postes dans les collèges à partir de la rentrée 2015. Dans le cadre de la réforme du second degré, des postes d'enseignants chargés d'apporter un «accompagnement pédagogique» individualisé à chaque élève verront le jour. «Cela suppose que les enseignants aient du temps pour faire progresser chacun à son rythme. Sans bouleverser les horaires de chaque discipline», a précisé le ministre dans un communiqué, dévoilant ainsi les rouages de sa réforme en cours.

«Organisés de façon plus cohérente et plus progressive, les programmes scolaires devront permettre à tous les élèves d'acquérir des bases solides et de poursuivre leurs études», a indiqué Vincent Peillon après avoir rencontré ce vendredi le Conseil supérieur de l'éducation (CSE, instance consultative qui rassemble syndicats d'enseignants, parents d'élèves, collectivités...) pour présenter les orientations données au Conseil supérieur des programmes (CSP). Au menu figurait également les programmes de la maternelle et du primaire, à l'heure où la réforme des rythmes scolaires dans le premier degré, entamée depuis la rentrée 2013, est vivement controversée. Une partie des enseignants ont d'ailleurs encore fait grève ce jeudi.

«Résorber les difficultés pointées par le rapport Pisa»

L'ensemble de ces changements de programmes «contribueront à résorber les difficultés pointées par l'OCDE (l'Organisation de coopération et de développement économiques, ndlr) dans sa récente étude Pisa» et seront des «leviers pour transformer les pratiques pédagogiques», promet Vincent Peillon. La France vient en effet de terminer 25ème sur 65 au classement PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) 2012 publié mardi dernier, avec une chute du niveau en mathématiques et un creusement du fossé entre les bons élèves et leurs camardes en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4426670 le vendredi 6 déc 2013 à 19:38

    Je pense qu'il n'a pas analyser correctement le passé de l'EN! C'est vrai qu'il peut difficilement aller à l'encontre de ses électeurs de base! Mais qu'il arrête de nous faire ch.ier avec ses grands principes qui ne sont que des cache sexe!!!! Qu'il arrête aussi de dépenser notre argent: on n'en a plus!!!! Je croyais que çà, il pouvait le comprendre; Mais non!

  • M4426670 le vendredi 6 déc 2013 à 19:34

    Il peut y aller à embaucher, ce n'est pas son fric!!!!

  • M898407 le vendredi 6 déc 2013 à 19:19

    Quand on n'ose pas remettre les enseignants au travail, on en embauche d'autres qui seront tout aussi improductifs et mal formés....