Vincent Nogueira : " En MLS, il n'y a aucune pression"

le
0

Au milieu de sa carrière, Vincent Nogueira avait décidé de partir en MLS. Un choix atypique à son âge. Revenu en France, le milieu du RC Strasbourg revient sur son expérience à Philadelphie.

Pourquoi avoir décidé de partir pour la MLS au milieu de la saison 2013-2014, celle de la descente en Ligue 2 du FC Sochaux ?
Mon contrat se terminait à la fin de la saison. J'étais déjà en contact avec la MLS depuis quelques mois. Mais aux États-Unis, la pré-saison commence en janvier. C'est pour ça que les clubs ne voulaient pas me recruter au mois de juin précédent. On avait un accord avec Sochaux pour un bon de sortie en janvier 2014 pour aller en MLS. Là-bas, ils ont des scouts qui recrutent pour toute la MLS. Avec la masse salariale très encadrée, c'était impossible pour moi d'y aller pendant le mercato d'été.

Est-ce que vous avez choisi la MLS parce que vous n'aviez pas d'offres intéressantes en France ?
"Après énormément d'années à jouer le maintien, je voulais vraiment connaître quelque chose d'autre, quelque chose d'un peu atypique."
Si c'était pour rester en France, j'aurais prolongé à Sochaux. J'y étais très bien, c'était mon club formateur. J'aurais tenté de signer un nouveau contrat, et ils m'avaient dit qu'ils auraient été d'accord. Mais ce n'est pas ce que je voulais. Après énormément d'années à jouer le maintien, c'était assez difficile. Je voulais vraiment connaître quelque chose d'autre, quelque chose d'un peu atypique et connaître une aventure extra-sportive intéressante. Et c'est vers la MLS que je me suis tourné.

Vous dites que c'est difficile à vivre, de jouer le maintien. Comment vous le ressentiez ?
On a toujours la pression du résultat, quoi qu'il arrive. Mais quand on est toujours dans le dur, au quotidien, ce n'était pas si facile à vivre. J'ai vu énormément de joueurs passer, mais rares ceux qui sont restés plus de deux ou trois saisons à jouer le maintien. Parce que psychologiquement, c'est assez compliqué. On a évidemment la pression des supporters, c'est normal. Mais c'est aussi vis-à-vis du club... On sait que si on descend, économiquement, c'est très compliqué. On sait qu'il y a des licenciements, on sait que c'est dur de remonter. Surtout en connaissant la relation PSA-Sochaux et la situation économique compliquée de Peugeot en dehors du football. Au quotidien, tout ce poids-là n'est pas forcément facile. En tout…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant