Vincent Manceau, le produit du terroir

le
0
Vincent Manceau, le produit du terroir
Vincent Manceau, le produit du terroir

Né à Angers, formé à Angers et titulaire à Angers. Quand les nostalgiques pleurent un amour du maillot en voie d'extinction, Vincent Manceau nous rappelle qu'en 2015, on peut encore être l'homme d'un seul club.

" Il représente tout ce qui se perd aujourd'hui : un minimum de respect et d'amour pour le maillot qu'il porte sur ses épaules. Ça nous fait plaisir d'avoir ce genre de gars chez nous. " Steven Gerrard à Liverpool, Paolo Maldini au Milan AC... À Angers, on a Vincent Manceau. C'est moins clinquant, mais Pierre, l'un des tauliers du Kop de la Butte, s'en contente avec joie. " C'est un produit local, il n'a connu que le SCO. " Le milieu de terrain de formation est né sur place, et a signé sa première licence dans le club phare à six ans. Depuis, il n'a pas bougé, si ce n'est de position sur le terrain, lui qui dépanne comme latéral droit depuis août. Élevé dans une famille de footeux - sa mère gère l'administratif du petit club l'Intrépide d'Angers, son père est un ancien joueur - Vincent Manceau est l'un des deux seuls formés au club avec Jean-Pierre N'Samé à évoluer en équipe première. Si bien qu'il a le SCO dans le sang, et une petite animosité envers le FC Nantes, " pour moi, c'est le club ennemi ".

" Le joueur de club par excellence " Jean-Louis Garcia


Son arrivée chez les pros, Jean-Louis Garcia n'en a jamais douté, lui qui l'a lancé avec Angers en Ligue 2 lors de la saison 2008-2009 : " On a tendance à moins regarder les jeunes formés au club, mais au SCO, tous les techniciens l'avaient en haute estime, notamment Stéphane Moulin, qui l'a d'abord eu avec la réserve. " Sans forcément être un phénomène, le milieu de terrain a vite convaincu ses formateurs qu'il serait professionnel, car " il était régulier en réserve, avait été capitaine dans les équipes de jeunes, et surtout, il était intelligent tactiquement. " Une intelligence qui explique son positionnement actuel comme arrière droit pour dépanner coach Moulin. Un intérim devenu CDI, car le bonhomme tient sans grosse défaillance en Ligue 1 ce poste qui n'est pas le sien. " C'est un exemple de ce qu'est Vincent, assure Jean-Louis Garcia, c'est un joueur de club par excellence, dans le sens positif du terme. Un entraîneur peut compter sur lui. " Les supporters aussi, eux qui apprécient voir le joueur saluer chaque tribune après les matchs. Alors qu'il a cédé la place à Stéphane Moulin depuis 2011 et n'a donc pas connu le joueur à son apogée, Jean-Louis Garcia n'en est pas moins dithyrambique : " C'est un…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant