Vincent Lavenu : " Romain a conclu comme un champion "

le
0
Vincent Lavenu : " Romain a conclu comme un champion "
Vincent Lavenu : " Romain a conclu comme un champion "

Emu par la victoire de Romain Bardet sur la 18eme étape du Tour de France, le patron de l'équipe AG2R-La Mondiale Vincent Lavenu savoure la récompense obtenue par ses coureurs après une journée parfaite

Vincent Lavenu, deuxième victoire sur le Tour, quel est votre premier sentiment ?
Deux victoires d’étapes sur le Tour, c’est presque inespéré. Déjà avec une, on était comblé, alors avec deux, je ne vous dis pas le bonheur, surtout sur nos terres, en Savoie, à St-Jean-de-Maurienne, avec Romain qui a fait un véritable exploit. Ce n’est que du bonheur, que du bonheur (ému). Je suis un peu ému, comme à chaque fois, vous m’embêtez (sourires). C’est super. Romain s’est battu comme un champion. Comme quoi, d’un jour à l’autre, tout change. Hier (mercredi) il n’avait vraiment pas de bonnes sensations, il s’est accroché. Il a bien fait, car aujourd’hui, il était top, il faisait partie des tout meilleurs. Il a bien joué, l’équipe a bien tourné, il y a eu un travail d’équipe. On avait un bon schéma, qui a été respecté, et les jambes étaient là. C’était du grand Romain Bardet, au niveau top mondial, c’était extraordinaire.

Quelle était la stratégie du jour ?
On savait que ce serait compliqué de prendre la bonne échappée, car le départ de Gap est toujours compliqué, avec le premier col d’entrée de jeu. On avait trois coureurs dans l’échappée. (Jan) Bakelants est là tous les jours, il fait un gros boulot. On a bien bossé, devant et derrière, et Romain a conclu comme un champion.

Cette victoire récompense tous les efforts de Romain Bardet...
Romain est un travailleur. Ca ne vient pas tout seul. C’est un garçon qui va eu fond des choses, à tous les moments, sur tous les sujets, pour l’entraînement, pour le sommeil, pour la diététique.

Et il n’a pas peur en descente...
La descente, c’est un de ses grands points forts. Il ne perd pas de temps dans les descentes, il en gagne en général. Aujourd’hui, c’était compliqué, car on savait qu’il y avait encore 20km avec des bosses. Il a fallu qu’il résiste à un groupe de costauds, avec Fuglsang, Rolland, Gautier... Il y a eu une grosse bataille et c’est lui a qui a eu le dessus, c’est plein de bonheur.

Avez-vous dû le remotiver après les Pyrénées ?
Tous les coureurs, quand ils ont une petite baisse de régime, il faut aller les stimuler, leur dire que tout est possible, et finalement, tout est possible. Si les champions en sont là, c’est qu’ils ont beaucoup de caractère, et Romain a ce caractère de champion, et c’est un gentleman aussi dans la vie.

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant