Vincent Lavenu : " Ça fait rêver "

le
0
Vincent Lavenu : " Ça fait rêver "
Vincent Lavenu : " Ça fait rêver "

Vincent Lavenu, comment avez-vous préparé ce Paris-Nice pour en arriver à cette victoire finale au Général pour Betancur ?Quand on a eu connaissance du parcours, on a façonné notre équipe en fonction de ce dernier. D'ailleurs dans un premier temps, c'était plutôt Jean-Christophe Péraud qui devait venir sur Paris-Nice. Quand nous avons vu qu'il n'y avait pas de contre-la-montre, nous avons privilégié Carlos Betancur qui n'est pas un spécialiste du chrono. On a choisi d'avoir une équipe assez forte pour la montagne en sachant que c'est nécessaire dans une course à étapes. Il faut avoir des coureurs capables d'accompagner les grimpeurs et d'autres capables de « bouffer du vent ». Ça a été le rôle de Turgot (Sébastien), Minard (David) et Dumoulin (Samuel) pour permettre à Carlos de ne pas prendre de cassure ou de piège.Quel effet cela fait-il de remporter cette course de prestige ?On rêve des plus belles victoires. Il faut être raisonnable dans ses rêves mais, bien sûr, on a toujours cette envie d'aller glaner les bouquets des plus belles courses. C'est vrai que Paris-Nice nous avait toujours échappés. On a terminé deuxième, troisième mais jamais vainqueur. Après 23 ans d'existence de l'équipe, on accroche cette course dans la musette. C'est un beau palmarès. C'est une joie intérieure, c'est vrai que je suis moins démonstratif que Marc Madiot (rire), mais je ressens une émotion très forte.Vous étoffez un peu plus votre palmarès?On a gagné le Dauphiné Libéré deux fois, on gagne Paris-Nice, c'est du même calibre. Ce sont des épreuves majeures du calendrier international dont le Tour reste le numéro un. Gagner ces courses, ça fait rêver. On sait que Paris-Nice est l'épreuve du début de saison qui est la plus difficile à remporter. Il faut une équipe solide pour pouvoir maîtriser la situation donc c'est plaisant. AG2R - La Mondiale va maintenant être attendu au tournant après cette victoire?L'équipe est en confiance depuis le début de l'année mais là, avec un Paris-Nice? On va garder la tête froide, on ne va pas croire qu'on est les plus beaux et les plus forts mais se rendre compte que notre équipe a un calibre international. C'est rassurant pour l'équipe et pour les sponsors qui comptent sur nous et pour l'ensemble des autres coureurs qui peuvent croire que l'on est capable de gagner de grandes courses. Carlos Betancur est une pépite qui reste encore à façonner, mais c'est un potentiel exceptionnel.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant