Vincent Lambert : les parents vont demander son transfert dans un autre hôpital

le
0
Vincent Lambert : les parents vont demander son transfert dans un autre hôpital
Vincent Lambert : les parents vont demander son transfert dans un autre hôpital

Les parents de Vincent Lambert vont saisir la justice dans les jours prochains pour demander que leur fils, hospitalisé à Reims (Marne) en état végétatif depuis 2008, soit transféré dans autre établissement, a-t-on appris vendredi auprès de leur avocat.

«Nous estimons qu'il y a un manquement grave aux soins dus à Vincent qui sont constitutifs de voie de fait et ses parents vont saisir dès la semaine prochaine la juridiction compétente pour réclamer son transfert», a dit leur avocat Jean Paillot, confirmant une information du journal «La Croix».

Selon l'avocat, le patient victime de lésions cérébrales jugées irréversibles par les experts médicaux est privé depuis la fin 2012 de soins de kinésithérapie. Le CHU de Reims n'a «jamais fait le moindre effort pour le mettre dans un fauteuil adapté», dit-il. «Ce défaut de soin constitue une faute médicale et il faut donc confier Vincent à un des six établissements qui se sont manifestés pour l'accueillir», a ajouté Me Paillot.

En juin, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a estimé que la poursuite des soins de Vincent Lambert constituait une obstination déraisonnable. Elle avait validé l'arrêt de son alimentation et de son hydratation artificielles.

Son épouse Rachel et la plupart de ses frères et sœurs souhaitent «laisser partir» Vincent qui, selon eux, était opposé à l'acharnement thérapeutique et n'aurait jamais voulu être maintenu artificiellement en vie. Depuis l'arrêt de la CEDH, les parents, catholiques traditionalistes farouchement déterminés à maintenir en vie leur fils, ont multiplié les recours pour empêcher un arrêt des traitements. Ils ont porté plainte contre le docteur Simon, en charge du patient et son prédécesseur Eric Kariger pour «tentative d'assassinat et maltraitance».

Dans ce contexte conflictuel qui «empêche les médecins de travailler sereinement», le docteur Simon a alerté mercredi le procureur de Reims ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant