Vincent Labrune tente le tout pour le tout

le
0
Vincent Labrune tente le tout pour le tout
Vincent Labrune tente le tout pour le tout

Cible de toutes les critiques, le président de l'OM tente un coup de poker en se désolidarisant de son entraîneur, mais aussi de son actionnaire principal. Et il peut tout à fait s'en sortir.

Les plus ardents détracteurs de Vincent Labrune n'ont pu s'empêcher de dire le soir même qu'il avait une nouvelle fois bien manigancé son coup. Le dernier match de l'OM, la défaite chaotique à domicile contre Rennes (2-5 avec 0-3 au bout de 14 minutes pour rappel) s'est jouée juste avant une trêve internationale. 15 jours, c'est plus qu'il n'en faut à l'homme qui s'est fait connaître il y a une dizaine d'années auprès des supporters marseillais comme un spécialiste de la communication pour endormir les foules, voire organiser une riposte en redirigeant habilement la bronca qui lui est à la base destinée. Il faudra attendre le prochain match au Vélodrome et la réception de Bordeaux, le 10 avril prochain, pour mesurer l'effet de son action, alors que de nombreux supporters marseillais appellent à carrément boycotter l'enceinte du boulevard Michelet, las de voir la Ligue systématiquement comptabiliser les abonnements pour l'affluence du stade, masquant ainsi en grande partie la désertion actuelle. Mais une chose est sûre, le créneau de deux semaines jusqu'au déplacement à Bastia, samedi prochain, Labrune et sa garde rapprochée sont en train de pleinement l'exploiter, effectivement.

Les Marseillais plongés dans le vortex du Vélodrome

"Les aventures de Vincent" en quotidienne


Pas un jour ne passe sans que la position présidentielle ne soit expliquée dans les médias. Un jour, Vincent Labrune ne cache pas à Franck Passi sa stupéfaction quand il apprend que Michel a octroyé quatre jours de repos à ses troupes. Un autre, il attend désespérément une réponse à un mail adressé à Margarita Louis-Dreyfus où il demande la tête du technicien espagnol. Comme il faut entretenir le feuilleton, il y a aussi le jour où il rêve d'attirer Jorge Sampaoli, le disciple de Marcelo Bielsa, au club, alors qu'il est bien spécifié que l'ancien sélectionneur du Chili est toujours en contact avec son maître. Vu qu'il y a moins d'une chance sur un milliard pour que "San Marcelo" explique publiquement les raisons de son départ, cela permet d'insinuer que ce n'est peut-être pas du fait de Labrune, qui avait alors de bonnes raisons l'été dernier d'être "abasourdi", comme il l'avait répété à qui…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant