Villeurbanne : au bord de la faillite, les Atelières récoltent plus de 650 000 euros

le
0
Villeurbanne : au bord de la faillite, les Atelières récoltent plus de 650 000 euros
Villeurbanne : au bord de la faillite, les Atelières récoltent plus de 650 000 euros

La coopérative des Atelières, composée notamment d'ex-ouvrières de Lejaby, a récolté en 15 jours de souscription publique quelque 657.150 euros pour son refinancement. «Un exploit !», s'est réjouie vendredi sa présidente, Muriel Pernin. «Il y a trois semaines on a frôlé la liquidation, désormais il est inimaginable que les banques ne nous suivent pas», a-t-elle poursuivi.

«L'effort réalisé est celui de particuliers et de chefs d'entreprise qui croient en notre aventure, au maintien d'un savoir-faire historique et à la fabrication française, explique Muriel Pernin au site du «Progrès». Quel que soit le montant de leur investissement, qu'ils aient souscrit un (ou des) titre(s) participatif(s), qu'ils aient réalisé un don, la mobilisation a été forte et elle va nous permettre de survivre.»

La fondatrice des Atelières, société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) lancée il y a plus d'un an à Villeurbanne (Rhône) avec 30 salariées dont cinq ex-Lejaby, est actuellement en discussion avec trois banques (LCL, la Caisse d'Epargne et le Crédit Coopératif, a priori) pour lever un emprunt de 350 000 euros au total, qui devrait être garanti par la banque publique d'investissement (BPI).

«Les crédits bancaires seront garantis par la BPI»

«La position de la BPI a évolué favorablement ces derniers jours», s'est aussi félicitée Muriel Pernin, alors que la banque publique avait début mars déploré une «polémique publique» lancée par les «Atelières». Le 3 mars, elles avaient annoncé devoir mettre la clé sous la porte, faute de financement des banques et d'aides de la BPI. Une annonce qui avait entraîné la levée d'une souscription portée avec pugnacité par Muriel Pernin.

«Le financement en fonds propres de 657.150 euros pourra être complété par des crédits bancaires, en cours de finalisation, qui seront garantis par la BPI», confirment le ministre du Redressement productif Arnaud ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant