Villepin «sent bien» la campagne de 2012

le
0
L'ancien premier ministre a détaillé son projet dans un quasi-discours de politique générale, annonçant qu'il soumettra ses propositions institutionnelles à un référendum, s'il est élu.

L'averse menace et un vent froid balaie la pelouse de la Maison de l'Amérique latine en ce dimanche. Dans les jardins de ce bel hôtel de la rive gauche de Paris, quelque 500 personnes attendent Dominique de Villepin. Les cadres de République solidaire, le parti que l'ancien premier ministre a lancé il y a un an, se retrouvent pour une convention de leur mouvement. Pour entendre leur champion, surtout, quelques jours après la clôture des débats du procès en appel sur Clearstream: le parquet général a requis 15 mois de prison avec sursis contre lui ; il sera fixé sur son sort le 14 septembre. «Dans l'esprit de beaucoup de Français, c'est comme s'il était condamné, déplore un fidèle soutien. Difficile pour lui d'être présent dans les médias sur un autre sujet, difficile de faire entendre sa voix tant qu'il n'aura pas été définitivement blanchi. Mais après...»

L'après, tous y songent et beaucoup doutent. Dominique de Villepin a vu la plupart de ses soutien

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant