Villepin et Guaino soutiennent Copé

le
1
COPÉ REÇOIT LE SOUTIEN DE VILLEPIN ET DE GUAINO
COPÉ REÇOIT LE SOUTIEN DE VILLEPIN ET DE GUAINO

PARIS (Reuters) - Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, ont apporté vendredi leur soutien à Jean-François Copé pour la présidence du parti néo-gaulliste.

Le secrétaire général de l'UMP, opposé à François Fillon pour l'élection interne des 18 et 25 novembre, accuse un handicap sur son adversaire dans les sondages et en matière de soutiens. Il croit pourtant en ses chances de "candidat des militants" face au "candidat des barons".

"Je vote Copé", déclare dans Le Parisien, à paraître samedi, Henri Guaino, qui était l'un des derniers ténors du parti à ne pas avoir choisi son camp.

L'ex-conseiller spécial de l'ancien président explique que son choix est plutôt dicté par la situation actuelle de l'UMP.

"Celui qui sera élu ne sera pas le chef, le leader naturel comme a pu l'être Nicolas Sarkozy. Il ne commandera pas. Il présidera. Le défi qu'il aura à relever sera de faire en sorte que notre famille politique reste soudée, sans que personne n'ait à renier ses convictions", dit-il.

Sur BFM TV et RMC Info, Dominique de Villepin avait auparavant loué les qualités de Jean-François Copé.

"J'ai côtoyé les deux hommes et j'ai surtout travaillé avec Jean-François Copé. Ce que je peux dire, c'est que Copé a des qualités exceptionnelles", a-t-il dit.

Jean-François Copé fut le ministre du Budget de l'ex-Premier ministre de juin 2005 à mai 2007.

"Vous savez, un ministre capable d'agir c'est une perle rare. C'est un chef qui est capable de faire des propositions et qui est capable de les mener à bien, c'est une vertu tellement rare", a poursuivi Dominique de Villepin, précisant "apporter un témoignage".

François Fillon, a-t-il ajouté, "c'est un autre tempérament, il appartient à la même génération que moi".

Interrogé sur le discours "droitier" de Jean-François Copé, qui a évoqué un "racisme anti-Blanc" et le ramadan en des termes controversés, Dominique de Villepin l'a rapporté au simple enjeu électoral.

"Les campagnes électorales amènent les candidats à dire des choses qu'ils ne pensent pas pour gagner l'élection", a-t-il expliqué, s'estimant convaincu que "Jean-François Copé ne mènera pas la même politique à la tête de l'UMP".

Le député-maire de Meaux attend toujours le "geste" promis de Brice Hortefeux, sarkozyste historique, qui s'est engagé à s'exprimer très prochainement.

L'ancien ministre de l'Intérieur devrait annoncer qu'il votera Jean-François Copé, un ami de longue date, dans la prochaine édition du Journal du Dimanche, selon Europe 1.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Georg47 le vendredi 19 oct 2012 à 21:36

    Villecon n'a qu'un seul but : nuire à Sarko