Villefranche-sur-Saône : l'auto-école «non mixte» dans le viseur de l'Etat

le , mis à jour à 07:16
0
Villefranche-sur-Saône : l'auto-école «non mixte» dans le viseur de l'Etat
Villefranche-sur-Saône : l'auto-école «non mixte» dans le viseur de l'Etat

Les premiers à passer la porte de la nouvelle auto-école de Villefranche-sur-Saône, qui doit lever le rideau lundi matin au centre-ville, seront des policiers en uniforme. « Une inspection aura lieu dès l'ouverture », expliquait-on vendredià la préfecture du Rhône.

 

L'établissement — baptisé "Auto-école de la mairie" pour sa proximité géographique avec l'hôtel de ville — proposera une salle « réservée aux femmes » pour les cours de code, et promet aux clientes qui le souhaitent des leçons de conduite dispensées par une monitrice, plutôt qu'un moniteur.

 

L'initiative, très partagée sur les réseaux sociaux, fait scandale. Le maire et député (LR) de la ville, Bernard Perrut, a saisi la préfecture, « seule habilitée à délivrer les agréments pour l'ouverture d'auto-écoles », explique l'élu, gêné aux entournures que la polémique tombe sur sa commune. « Dès lors que cette auto-école annonce comme argument de vente une salle réservée aux femmes, c'est une forme de communautarisme : je ne veux pas enflammer le dossier, mais je dois réagir. Je suis surpris et choqué. »

 

«C'est du commerce, il y a une demande, j'y réponds»

 

L'établissement, qui avait déposé un dossier en bonne et due forme, justifiant notamment des diplômes des moniteurs et de la sécurité des lieux, a obtenu le feu vert des autorités le 5 août. « Mais rien ne stipulait dans les documents fournis cette organisation des locaux, précise-t-on à la préfecture du Rhône. L'inspection pourrait aboutir, selon les constats sur place, à une saisie du tribunal administratif pour non-conformité du dossier. »

 

La gérante de l'entreprise, Sarah Bakar, un peu dépassée par l'ampleur du scandale, assure que « d'autres auto-écoles font la même chose ailleurs. Cela n'avait pas fait polémique jusqu'ici, peut-être parce que le climat était différent d'aujourd'hui. C'est seulement du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant