Villarreal maillot jaune, Kameni aux gants d'or

le
0
Villarreal maillot jaune, Kameni aux gants d'or
Villarreal maillot jaune, Kameni aux gants d'or

Une fois de plus, la Liga était prête à faire dans le sensationnel ce week-end. Outre la blessure longue durée de Lionel Messi, le Real Madrid doit se contenter d'un nul contre Málaga quand Villarreal se paie le scalp de l'Atlético. Sinon, Séville remporte son premier match en championnat.

L'équipe du week-end : Villarreal

Un jour ou l'autre, le travail finit par payer. Au Madrigal samedi soir, Villarreal avait rendez-vous avec un colosse de la Liga, l'Atlético Madrid. Adepte des résultats en dents de scie face aux gros l'an passé, le sous-marin jaune est cette fois parti les turbines lancées à plein régime. Son dernier fait d'arme, c'est cette victoire obtenue au talent, au courage et, donc, à l'expérience (1-0). Rapidement mise à contribution, la défense des Amarillos a tenu le choc en début de match avant de contrer son adversaire de sang-froid. Dès la quatorzième minute, l'ancien Rayista Leo Baptistão combine avec son compère d'attaque Roberto Soldado et ajuste Oblak d'une frappe croisée imparable. Marcelino serre le poing, Diego Simeone grince des dents. Son Atlético ne trouve pas de solution offensive, à tel point que le Cholo décide de faire sortir son capitaine Gabi et Jackson Martínez à la mi-temps. Mais en face, rien ne passe. Éric Bailly, héroïque en défense centrale, annihile chaque offensive des Colchoneros. Soldado fait un vrai travail de sape devant et termine le match avec des crampes, tandis qu'Alphonse Areola sort l'arrêt décisif devant Correa dans le money time. Avec cinq victoires et un nul en six journées, Villarreal est le nouveau leader de la Liga.

Le Don Quichotte du week-end : Carlos Kameni

Si Villarreal est leader, il le doit aussi à la prestation XXL d'un homme. Contre le Real Madrid au Santiago-Bernabéu, Carlos Kameni était tout simplement impassable. Face aux attaques de Cristiano Ronaldo et consorts, le gardien sera resté attentif sur 31 frappes madrilènes au total, dont 9 étaient cadrées. Mais ni Jesé Rodríguez, sorti sur blessure, ni Karim Benzema, ni même CR7 ne sont parvenus à surprendre le Lion indomptable de 31 ans. Sorties au poing, à terre, dans les pieds, plongeons à droite, à gauche Le natif de Douala était partout, au point d'inciter le Portugais à user de sa main sur la dernière opportunité des…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant