Villarreal, l'inlassable surprise

le
0
Villarreal, l'inlassable surprise
Villarreal, l'inlassable surprise

Présent dans le panorama européen depuis une dizaine d'années, le sous-marin jaune n'en demeure pas moins une surprise permanente. Toujours aussi performant, il poursuit son développement, entre silence, deux centres de formation et supermarché.

Elda, Puertollano et Motril. Ces trois villes d'Espagne restent, pour la plupart des Français, inconnues au bataillon. En soi, rien de plus normal. Toutefois, ces trois communes n'en demeurent pas moins plus grandes et plus peuplées que Villarreal. Connu par tous les amateurs du ballon rond, le Submarino Amarillo se trouve ainsi dans la cent quarante-deuxième ville du pays. Autant dire que sa présence et sa longévité parmi l'élite relèvent de l'exploit perpétuel. Un épiphénomène qui doit beaucoup à la ferveur qui entoure le Madrigal. Le club détient même le record honorifique du plus grand nombre d'abonnés en proportion du nombre d'habitants que compte la ville. En chiffres, plus de 19 000 socios répondent aux 50 000 résidents. La recette du succès ? "On travaille beaucoup et bien. Nous sommes heureux que l'on reconnaisse notre travail, mais l'on préfère travailler dans le silence", avoue, presque gêné, Fernando Roig Negueroles, fils du président et conseiller délégué du club au Mundo. Préférant l'ombre à la lumière, il n'empêche que le modèle de Villarreal reste un must du genre, capable de rivaliser sur les terres domestiques comme continentales.

"Je possède les actions, mais Villarreal ne m'appartient pas"


La réussite de Villarreal lors des deux dernières décennies étonne, d'autant plus qu'à l'aube du nouveau millénaire, le club végète dans les catégories anonymes du football espagnol. Fondé en 1923, il ne connaît les joies de la Primera Division qu'à partir de 1998. Une montée dans l'élite qui correspond à la reprise en main du club un an plus tôt par Fernando Roig Alfonso, entrepreneur à succès dans les domaines de la céramique et de la grande distribution. Avec ce nouveau propriétaire, Villarreal se découvre des ambitions et, après un yo-yo de deux ans entre Liga BBVA et Liga Adelante, s'installe durablement entre les inamovibles de l'élite. "Mon style de travail est de déléguer, délivre en 2006 ce señor Roig au Periodico Mediterraneo. Cela me permet de me dédier à beaucoup de choses si je m'entoure des bonnes personnes. J'ai mené le projet, j'ai eu l'idée, mais l'exécution de ce plan est le fruit de beaucoup de gens." La stabilité de l'organigramme du sous-marin jaune offre des conditions de travail idoines pour joueurs et entraîneurs. À tel point qu'après six petites saisons en Liga, il atteint les…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant