Villarreal crucifie Liverpool

le
0
Villarreal crucifie Liverpool
Villarreal crucifie Liverpool

Le sous-marin jaune a touché sa cible à la dernière minute grâce à un but d'Adrián López et se déplacera à Anfield avec un but d'écart.

Villarreal 1-0 Liverpool

But : Lopez (90e) pour Villarreal

Etrange quinzaine que celle que vient de vivre Liverpool. L'ascenseur émotionnel des Redsx a oscillé entre le positif et le négatif entre la folle qualification à Anfield contre le Borussia Dortmund et la partie morose qu'ils ont livré contre Villarreal ce jeudi soir. Entre-temps, le peuple de la Mersey a eu le temps de prendre un coup derrière la tête avec le contrôle antidopage positif de son héros Mamadou Sakho et l'annonce de sa suspension de 30 jours. Malgré tout, le Français n'a pas fait les choux gras de la presse britannique bien longtemps. Car cette semaine, à Liverpool, il y avait plus que du football, car justice for the 96 (victimes du drame d'Hillsborough) venait d'être rendue par les juges britanniques, qui ont écarté la thèse de l'accident et conclu que le drame de 1989 découlait d'une erreur policière. Pas de quoi rendre heureux les familles de victimes dont le cœur ne battra jamais plus, mais amplement suffisant pour apaiser les esprits révoltés. Apaisée est aussi le mot pour qualifier la prestation des hommes de Jürgen Klopp au Madrigal, bien loin de la folie d'Anfield.

Wesh poteau, bien ou quoi ?


Villarreal-Liverpool, l'affiche de la troisième journée de Ligue des champions de la semaine, prédisaient d'aucuns. Si la qualité technique des deux formations est indéniable – on a pu se délecter des délices de Suárez et Coutinho tout au long de la soirée – leur capacité à pourfendre les lignes et se créer de réelles occasions, elle, est moins évidente. Certes, il y a les alertes d'Allen et Soldado en première mi-temps, la tête de Bakambu sur le poteau de Mignolet à la reprise, et celui de Firmino à l'heure de jeu. Certes, les cinq dernières minutes complètement folles, ponctuées par le but d'Adrián López dans les arrêts de jeu, rattrapent un peu le coup, mais c'est trop peu pour faire oublier les longues minutes sans la moindre frappe, fruit de l'obstination des deux écuries dans la voie de la passe latérale aux abords de la surface. Surface pourtant surpeuplée. Si Steven Gerrard avait été présent, il aurait eu la bonne idée de balancer du Tomahawk des 30…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant