Village de vacances de luxe à vendre à la Barbade pour 100 millions d'euros

le
0

EN IMAGES - Le club de vacances sélect Royal Westmoreland est à vendre à la Barbade pour 100 millions d'euros. Le tarif inclut 225 logements, un terrain de golf et permet de devenir quasiment voisin de Rihanna.

Chasse gardée des investisseurs britanniques, lieu de résidence apprécié des célébrités du sport anglais, la Barbade n'a cessé de développer sa notoriété grâce à une ambassadrice de charme: la chanteuse Rihanna. Ceux qui souhaiteraient se rapprocher de la star ont désormais une opportunité unique. Elle vient en effet d'acheter l'an dernier pour 20 millions d'euros un pied-à-terre (de 1000 m² tout de même) sur son île natale des Caraïbes, au sud de la Martinique et de Sainte-Lucie,

Or, le groupe immobilier Sotheby's International Realty vient tout juste d'annoncer la mise sur le marché du «resort» Royal Westmoreland. Ce club de vacances de luxe, situé à deux pas de Sandy Lane où Rihanna a acquis sa résidence secondaire, est à vendre pour la modique somme de 75 millions de livres, soit 100 millions d'euros.

A ce prix-là, l'acheteur disposera de pas moins de 225 propriétés réparties sur 3 kilomètres carrés de végétation luxuriante savamment entretenue, sans oublier un golf à quelques minutes de la côte, un spa, un restaurant et une plage privée. «Il est extrêmement rare à la Barbade de voir un club de vacances entier proposé sur le marché, surtout lorsqu'il est aussi exclusif, souligne Robin Paterson, patron de Sotheby's International Realty UK. La taille, la réputation et la longévité de Royal Westmoreland en font une vraie opportunité pour le bon investisseur.»

Royal Westmoreland est situé sur la «côte de platine», l'endroit le plus recherché de la Barbade où les belles propriétés de vacances peuvent atteindre 50 millions de dollars. Les lieux sont, jusqu'à présent, la propriété de John Morphet, un agriculteur britannique qui a fait fortune dans le tourisme et s'est offert le site après un séjour dans cette île des Caraïbes.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant