Villacoublay : Hollande salue «le courage du Père Georges», ex-otage au Cameroun

le
0
Villacoublay : Hollande salue «le courage du Père Georges», ex-otage au Cameroun
Villacoublay : Hollande salue «le courage du Père Georges», ex-otage au Cameroun

Le prêtre français Georges Vandenbeusch, enlevé mi-novembre au Cameroun par le groupe armé islamiste nigérian Boko Haram, a été libéré mardi, dans des circonstances encore inconnues. Il a atterri ce mercredi à 6h40, heure française, sur la base aérienne de Villacoublay, près de Paris, accueilli par ses proches et le président François Hollande. La veille, en début d'après-midi, à Yaoundé, il était arrivé à la résidence de l'ambassadrice de France, vêtu d'un simple un tee-shirt blanc, souriant et l'air détendu. «Je suis en pleine forme, extrêmement reconnaissant à tous ceux qui ont travaillé pour cette libération, particulièrement le président Paul Biya», avait-il déclaré, tout en précisant: «Je mesure bien la chance que j'ai». C'est le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui est allé le chercher au Cameroun pour le ramener en France ce mercredi matin. 

>> Revivez minute par minute le retour en France du père Vandenbeusch

07H42 Le Père Georges pourrait se rendre au Diocèse de Nanterre pour rencontrer les fidèles, selon BFMTV. 

07H40. Le Père Georges et François Hollande quittent les lieux, accompagnés de Laurent Fabius et de Monseigneur Gérard Daucourt. 

Joie de voir le Père Georges Vandenbeusch prendre la parole aux côtés de son évêque, Mgr Gerard Daucourt.

@itele? Prêtre de Dijon (@PadreDeDijon) 1 Janvier 2014

07H38. Le président François Hollande appelle les Français à la prudence dans les zones présentant des risques de prise d'otage : «Nous avons aussi à alerter la population qui peut être dans ces zones où il y a du danger. Cela vaut pour les prêtres ou pour tous ceux qui ont une mission à accomplir, et cela vaut aussi pour des ressortissants qui peuvent un moment se déplacer», déclare le chef de l'Etat. Il ajoute que «tant que nous n'aurons pas libéré tous nos otages, nous devons être extrêmement rigoureux pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant