Viktor Orban inquiète l'Occident

le
0
L'opposition hongroise accuse le premier ministre de saper la démocratie magyare en confisquant les leviers du pouvoir.

L'homme fort de Budapest effarouche à nouveau l'Occident. Un an tout juste après avoir ébréché le consensus européen en instaurant un strict contrôle des médias, Viktor Orban repart à l'assaut des tabous avec une série de textes constitutionnels qui rognent sur l'indépendance de la justice, de la Cour suprême et de la banque centrale hongroises.

Le premier ministre, fort d'une majorité des deux tiers au Parlement, poursuit sans faillir sa promesse d'un changement radical de la Hongrie, nation à ses yeux engluée dans les compromis du postcommunisme. Pour ses adversaires du centre et de la gauche au contraire, celui qu'on surnomme parfois le «Chavez» d'Europe centrale travaille à saper méthodiquement la démocratie magyare.

C'est l'entrée en vigueur au 1er janvier d'une Constitution de rupture, assortie d'un tourbillon d'amendements de dernière minute, qui met le feu aux poudres. Avec ses alliés, le parti Fidesz, fort de 227 sièges sur 386, ne s'est pas contenté de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant