Viktor Ianoukovitch passé au crible sur «Ianoukovitchleaks»

le
0
Viktor Ianoukovitch passé au crible sur «Ianoukovitchleaks»
Viktor Ianoukovitch passé au crible sur «Ianoukovitchleaks»

C'est une chute vertigineuse. En l'espace de trois jours Viktor Ianoukovitch a été destitué, a pris la fuite et a été recherché pour «crimes de masse». Le président ukrainien déchu est jugé responsable du décès de 82 personnes durant les manifestations qui ont ébranlé son pays. Ce mardi, les députés ukrainiens ont carrément voté le renvoi de l'ancien chef de l'État devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye pour «crimes graves». Le président déchu est désormais la proie d'une chasse à l'homme mondiale. Ce mardi soir «l'homme de fer» était toujours introuvable.

Même invisible, l'intransigeant Ianoukovitch attise toujours plus la rancoeur des manifestants. L'ouverture des portes de sa luxueuse résidence, dans le quartier de Mezhihirya, en banlieue de Kiev, n'a pas aidé à redorer l'image présidentielle. Ce week-end, la sorte de «datcha» de Ianoukovitch, s'est transformée en véritable musée à entrée libre. Des centaines d'Ukrainiens, intrigués, ont arpenté ces étages ornés de marbres et dorures, les terrains de golf et la piste d'hélicoptère de l'ex-chef d'Etat. Découvrant avec stupeur le train de vie trop luxueux d'un chef d'Etat, alors que la population pâtit de la crise économique. 

Des listes de militants et journalistes

Surtout, une centaine de documents controversés ont été retrouvés. Avant sa fuite, l'ex-président et son équipe avaient visiblement pris le temps de brûler en partie ou jeter des documents dans des cours d'eau, à proximité de la maison. Les papiers révélés par les médias Ukrainskaya Pravda et KyivPost témoignent des dépenses faramineuses de l'ex-président.

Des factures de 30 millions d'euros pour des chandeliers en or, de 1,2 millions d'euros pour des meubles ou encore de 7 300 euros pour des plaques de noms d'animaux dans le zoo. D'autres documents révélés par Ukrainskaya Pravda sont des listes de militants, comme ceux du mouvement Femen, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant