Vikash Dhorasoo : "Chez moi, à Noël, on boit et on bouffe beaucoup".

le
0
Vikash Dhorasoo : "Chez moi, à Noël, on boit et on bouffe beaucoup".
Vikash Dhorasoo : "Chez moi, à Noël, on boit et on bouffe beaucoup".

Alors que le repas du réveillon de Noël sera bientôt dans vos assiettes, on a discuté un peu bouffe avec Vikash Dhorasoo. Un homme qui aime avant tout deux choses : le foot et la nourriture. Ça tombe bien, c'est le nom de son prochain blog, Foot & Food. Joyeux Noël !

Pour toi, le repas de Noël idéal, c'est quoi ? C'est le chapon au champagne que fait ma mère. Évidemment, avant ça, on sort toute l'artillerie : foie gras, saumon, huîtres. On se fait plaisir, et comme tout le monde n'aime pas tout, on essaie de varier les plaisirs. Parfois, ma mère fait des coquilles Saint-Jacques à la crème. Et puis si on a vraiment envie de se faire kiffer, on peut sortir quelques truffes. Après, au niveau des accompagnements, ça va être des haricots verts ou de la purée. Pour le dessert, c'est souvent une bûche au chocolat que ma sœur fait elle-même.
Et qu'est-ce qu'on boit pour accompagner tout ça ? Ça dépend les personnes. Moi, je suis très fan de champagne, donc c'est ce que je vais boire à l'apéritif, mais par exemple, ma mère et mon beau-frère n'aiment pas forcément, ils vont plus prendre du whisky. Pour le vin, c'est souvent moi qui m'en occupe. Je vais chez un petit caviste que j'aime bien, et il me conseille sur les bons vins pour accompagner ce qu'on va manger. Et puis, en bons Normands, on essaie de finir sur un petit calva.
Est-ce que tu as des souvenirs de repas de Noël en club ? En tant que footballeurs, on se mêle pas trop à la vie de l'entreprise, finalement. On ne fait pas tellement partie de l'entreprise, on en est plus la vitrine, en quelque sorte. À Lyon, par exemple, je n'ai pas souvenir d'en avoir déjà fait, à Bordeaux non plus. À Milan, je me rappelle qu'on avait fait une soirée déguisée, mais c'est tout.
Quand on est footballeur, est-ce que c'est une période où on se lâche sur la bouffe ? On se lâche, oui, mais c'est quand même particulier. Par exemple, chez moi, à Noël, on boit et on bouffe beaucoup à cette période, c'est comme ça, c'est la tradition. Mais du coup, il y a toujours ce dilemme entre être excessif et la reprise de l'entraînement. À un moment donné, on se lâche, mais on sait que ça va être difficile derrière. En tout cas, en ce qui me concerne, j'ai toujours coupé complètement durant cette période.
Pas de repas de spécial, donc ? Non, pas du tout ! J'ai jamais fait de ma vie. Après, c'est sûr qu'il ne faut pas abuser, hein.
Est-ce que tu...





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant