Vignette anti-pollution : « On peut éviter une centaine de décès par an à Paris »

le , mis à jour à 07:03
0
Vignette anti-pollution : « On peut éviter une centaine de décès par an à Paris »
Vignette anti-pollution : « On peut éviter une centaine de décès par an à Paris »

Karine Léger estime que la vignette pourrait contribuer à sauver des vies.

Le niveau de pollution est-il vraiment préoccupant à Paris ?

KARINE LÉGER. Depuis quinze ans, on constate une diminution du trafic et de la pollution dans la capitale, notamment grâce à des règles plus strictes dans l'industrie et le chauffage. Les moteurs se sont aussi nettement améliorés. Mais la pollution chronique continue d'être très problématique : 1,5 million de Franciliens, dont un Parisien sur deux, sont exposés à des niveaux ne respectant pas la réglementation. Pour les seuls dioxydes d'azote (NO2), majoritairement liés au trafic automobile, on est deux fois au-dessus des normes quand on vit près du trafic alors qu'on ne devrait pas dépasser 40 ?g/m3 de NO2, le niveau peut atteindre 100 ?g le long du périphérique.

Quelles sont les conséquences ?

Les polluants les plus problématiques (NO2, particules fines, ozone) ont des effets cardiovasculaires et respiratoires. D'après une enquête du programme Air pur pour l'Europe, 42 000 décès sont en relation avec une exposition chronique aux particules fines en France, soit une perte moyenne d'espérance de vie de plus de huit mois. Si l'on réduisait de seulement 5 ?g/m 3 l'exposition moyenne annuelle des Parisiens, cela permettrait d'éviter une centaine de décès chaque année.

Instaurer des vignettes en fonction du niveau de pollution de la voiture fera-t-il baisser la pollution ?

Une seule mesure ne suffira pas. Mais cette solution est adoptée partout dans le monde. Environ 200 villes en Europe limitent déjà le trafic des véhicules les plus anciens et ont instauré des zones de basses émissions. A Berlin, cela s'est traduit par une baisse de 5 ?g/m 3 des rejets de particules. Certaines mégalopoles vont encore plus loin. A Pékin, où la pollution est dix à cent fois supérieure à Paris, les diesels des particuliers sont désormais interdits. La qualité de l'air est devenue un enjeu. A cause ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant