Vifs échanges entre Clinton et Trump lors de leur premier débat

le
0
    HEMPSTEAD, New York, 27 septembre (Reuters) - Hillary 
Clinton et Donald Trump ont livré bataille sur l'économie et se 
sont interrompus à de nombreuses reprises au cours de vifs 
échanges lundi lors de leur premier débat en vue de l'élection 
présidentielle américaine du 8 novembre. 
    Après un cordial échange de poignée de main, les deux 
adversaires sont rapidement passés à l'attaque, la candidate 
démocrate dénonçant une politique fiscale favorable aux très 
riches proposée par son rival républicain, lequel a estimé que 
l'ex-secrétaire d'Etat "parlait beaucoup sans agir". 
    Chaque candidat a accusé l'autre de déformer les faits et 
invité les téléspectateurs, attendus très nombreux pour ce duel 
de 90 minutes, à vérifier ses propos.  
    "J'ai le sentiment que je vais être jugée responsable de 
tout", a plaisanté Hillary Clinton, ce à quoi son adversaire a 
rétorqué: "Pourquoi pas?" 
    "Ce que propose Donald, c'est une économie du ruissellement 
à nouveau", a déclaré Hillary Clinton par allusion à la théorie 
voulant que les revenus des plus riches profitent à l'ensemble 
de l'économie. "Et ce serait sa version la plus extrême", a 
poursuivi la candidate démocrate, "la plus forte baisse d'impôts 
pour les personnes les plus riches de ce pays que nous ayons 
jamais connue. Je l'appelle le ruissellement truqué 
("trumped-up")", a dit l'ex-secrétaire d'Etat, vêtue d'un 
tailleur rouge.  
    Son adversaire, costume sombre et cravate bleue, a choisi de 
contre-attaquer sur les accords de libre-échange défendus par 
Hillary Clinton. "Nous devons empêcher qu'on nous vole nos 
emplois", a déclaré le magnat de l'immobilier.  
    Les sondages montrent que les deux candidats disputent une 
course serrée, la dernière enquête d'opinion Reuters/Ipsos 
donnant quatre points de pourcentage d'avance à Hillary Clinton. 
    Selon un autre sondage Reuters/Ipsos, la moitié des 
électeurs probables s'appuieront sur les trois débats de la 
campagne pour faire leur choix, plus de la moitié (61%) espérant 
des échanges courtois. 
     
 
 (John Whitesides, Steve Holland; Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant