Vieux diesels : « Les grandes villes devraient suivre l'exemple de Paris »

le , mis à jour à 08:02
1
Vieux diesels : « Les grandes villes devraient suivre l'exemple de Paris »
Vieux diesels : « Les grandes villes devraient suivre l'exemple de Paris »

La ministre de l'Ecologie nous explique comment l'Etat accompagne le remplacement des vieux véhicules diesels.

Paris met en place vendredi des mesures de restriction de circulation visant notamment les vieux diesels. D'autres villes vont-elles suivre ?

SÉGOLÈNE ROYAL. Oui, et je salue le courage de la maire de Paris. Dans le cadre d'un appel à projets lancé par l'Etat pour concevoir des agglomérations plus respirables, les autres grandes villes peuvent le faire et devraient suivre l'exemple de Paris : 8 souhaitent à terme mettre en place des zones à circulation restreinte où seuls les véhicules propres seraient autorisés. Toutes les mégapoles du monde y réfléchissent aussi, notamment en Inde et en Chine. Je vois dans ce mouvement la preuve que la voiture à énergie fossile va s'effacer devant la voiture propre et je souhaite que l'industrie française soit en tête pour relever ce défi. Avec 48 000 morts prématurées chaque année en France dues aux particules fines, on n'a plus de temps devant nous.

Mais que fait l'Etat pour accompagner ce mouvement ?

Nous agissons sur plusieurs fronts. D'abord en supprimant les avantages fiscaux accordés au diesel. Beaucoup de chefs d'entreprise m'ont dit qu'ils avaient davantage intérêt à acheter des véhicules roulant au gazole car ils pouvaient récupérer plus de TVA que sur des modèles à essence. Je veux équilibrer le dispositif d'ici trois ans pour que les achats se reportent sur des flottes roulant au sans-plomb. Un décret sera prochainement publié pour obliger l'Etat à acheter des véhicules propres lorsqu'il remplace un modèle en fin de vie. Sur 65 000 véhicules appartenant à l'Etat, 10 000 sont renouvelés tous les ans et la loi impose qu'au moins la moitié soit désormais électrique. Elle demande aussi aux collectivités locales de faire la même chose à hauteur de 20 % des véhicules remplacés.

Et pour les particuliers ?

6 000 primes à la conversion de 10 000 € ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 7 mois

    Ah, voici la donneuse de leçons en chef. Elle a raison : boutons les pauvres hors de Paris. C'est bien connu, seuls les riches ont des vieilles voitures diesel. Sérieusement, vous connaissez beaucoup de Bentley diesel ?