Vietto, l'anti Icardi

le
0
Vietto, l'anti Icardi
Vietto, l'anti Icardi

Ils sont tous les deux argentins, nés en 1993 et attaquants de pointe. Ils sont la relève des étoiles actuelles de l'Albiceleste. Mais pendant que l'un est attraction médiatique, l'autre est incapable de donner une interview. D'où l'écart de renommée nationale et internationale de Mauro Icardi et de Luciano Vietto, que le talent ne justifie pas forcément.

Ronaldo, Messi, Neymar, Griezmann, Bacca, Benzema, Mandžuki?, Vietto. Voici la liste actuelle des goleadores de la Liga. La question logique est donc : c'est qui le petit dernier ? Luciano, Lucho, Lucky. Comme vous voulez. Un pibe argentin de 21 ans, acheté 5,5 millions d'euros par Villarreal à Racing l'été dernier, arrivé en Espagne sans faire de bruit (c'est sa spécialité) avec un statut de joker et de promesse pour l'avenir du sous-marin jaune. Une demi-saison plus tard, le petit a déjà planté 11 fois en 22 matchs de Liga et 5 fois en 9 matchs de Ligue Europa. De quoi être élu meilleur joueur du mois de décembre et révélation de 2014 au sud des Pyrénées. À Avellaneda, dans la banlieue sud de Buenos Aires, Vietto avait déjà impressionné son monde et gagné l'amour des fans de Racing en un rien de temps. En un match, précisément. Son premier comme titulaire : un triplé contre San Martin de San Juan. Bim, bam, boum. Lancé en 2011 par le Cholo Simeone, le bonhomme se décrit très bien lui-même : "Je ne suis pas un numéro 9 traditionnel, de surface, qui joue en pivot ou en déviation de la tête et qui conserve le ballon dos au but. Je me considère plutôt comme un 9 moderne, qui aime reculer, venir chercher les ballons, se décentrer, attaquer dans la diagonale". Plutôt Messi qu'Higuaín, donc. Ou qu'Icardi, un gars de 1993, comme lui.
Beau gosse vs enfant
À y regarder de près, l'année de naissance est sans doute le seul point commun entre les deux jeunes Argentins, qui rêvent de Ligue des champions et de sélection, mais qui savent qu'avec Pipita, le Kun et Carlitos, il aurait été bien plus simple d'être brésilien. Derrière l'actuel trio en or du Tata Martino, Mauro Icardi pointe toutefois le bout de son nez. Trois ans dans le Calcio, une belle régularité avec le maillot Pirelli de l'Inter Milan sur le dos, un talent incontestable : les arguments sont là. Mais ce n'est pas tout. MI9 a aussi un caractère affirmé et une grande facilité à mettre sa tronche de beau gosse partout, tout le temps. Presse sportive, presse people, plateaux télé, réseaux sociaux : Mauro et la sulfureuse Wanda Nara étalent à volonté leur amour interdit et infini. Une stratégie - ou une façon d'être - qui porte ses fruits. Projecteurs, célébrité, popularité : en Argentine (pays qu'il a quitté à 9 ans), tout le monde sait qui est Mauro Icardi. Certains le réclament même déjà dans le onze...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant