Vietnam : fuyant la guerre, un père et son fils ont passé 40 ans dans la jungle

le
1
Vietnam : fuyant la guerre, un père et son fils ont passé 40 ans dans la jungle
Vietnam : fuyant la guerre, un père et son fils ont passé 40 ans dans la jungle

L'histoire est tellement incroyable qu'on peine à y croire. Pourtant elle semble bien réelle. Fuyant la guerre du Vietnam, en 1973, un père et son fils auraient survécu pendant 40 ans dans la jungle, complètement coupés du monde... Une guerre qui a pris fin deux ans plus tard ! Ce sont les quotidiens locaux Bahomney et Dan Tri qui rapportent cette étonnante histoire qui, n'en doutons pas, fera un jour l'objet d'une adaptation cinématographique.

Ce sont des villageois, intrigués par la présence d'une curieuse habitation en plein c?ur de la forêt, qui ont prévenu les forces de l'ordre. Mercredi, la police décide donc d'intervenir et découvre l'impensable : deux hommes ayant vécu pendant une quarantaine d'années en dehors de toute civilisation ! Ho Van Than, né en 1931, et son fils Ho Van Lang, âgé d'environ 41 ans, vivaient dans une zone reculée de la jungle, au centre du Vietnam, dans la province de Quang Ngai. Ils auraient fui leur village en 1973, à la suite d'un bombardement par les Américains lors duquel ont péri la mère et les deux autres enfants de la famille.

Une cabane dans les arbres, des outils en pierre et en bois

Peu habitués à la vie en communauté, les deux hommes et en particulier le fils, qui a toujours vécu dans l'isolement de la forêt, seraient extrêmement timides et auraient pour l'instant beaucoup de difficulté à communiquer. Ho Van Lang ne connaîtrait d'ailleurs que quelques mots. Son père serait de son côté dans un état de santé préoccupant et a été hospitalisé.

Pendant toutes ces années, les deux hommes vivaient à plus de six mètres de haut, au sommet de gigantesques arbres transformés en habitation, afin de se protéger des bêtes sauvages. Ils ont aussi fabriqué des armes avec des pierres et du bois, pour chasser. Et les jours où les animaux venaient à manquer, ils mangeaient du manioc, du maïs et des baies pour survivre. En guise de vêtements, Ho Van Tan et Ho Van Lang ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le samedi 10 aout 2013 à 15:48

    Et les Japonais qui sont restés dans certaines iles du Pacifique et qui se croient encore en guerre... depuis 1945...