Vie privée : la France condamne Google à une amende de 150 000 ?

le
17
Vie privée : la France condamne Google à une amende de 150 000 ?
Vie privée : la France condamne Google à une amende de 150 000 ?

La sanction est tombée. Et c'est la plus lourde que la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) peut assèner à Google. L'organisme chargé de protéger les libertés individuelles dans le domaine informatique a annoncé ce mercredi qu'il sanctionne de l'amende maximale de 150 000 ? l'américain Google. Le géant du net refuse toujours de rendre conforme au droit français sa politique de confidentialité des données sur internet.

Le 3 janvier, la Cnil a prononcé cette sanction pécuniaire car elle estime que «les règles de confidentialité mises en ?uvre depuis le 1er mars 2012 ne sont pas conformes à la loi informatique et libertés».

Cette sanction s'accompagne de l'obligation de publier «un communiqué relatif à cette décision sur la page d'accueil de Google.fr sous 8 jours à compter de la notification» de cette décision, et ce pendant 48 heures.

Le contentieux concerne la politique de confidentialité de Google, qui a fusionné en mars 2012 une soixantaine de règles d'utilisation en une seule, regroupant ainsi les informations de ses services autrefois séparés, comme la messagerie Gmail ou le réseau communautaire Google+.

La collecte des données personnelles et les cookies épinglés

La Cnil avait alors demandé à Google d'indiquer la finalité des données personnelles qu'il collecte lorsqu'un internaute utilise ses services ou surfe sur son moteur de recherche et qu'il définisse une durée de conservation de ces données.

Google collecte des données comme les numéros de téléphone, la localisation géographique, les centres d'intérêt, mais aussi l'historique des pages consultées ou les contenus les plus appréciés par les utilisateurs.

La Cnil demandait aussi que le groupe informe et demande leur accord préalable aux utilisateurs avant d'installer dans leurs terminaux des «cookies», ces fichiers mouchards qui suivent l'internaute à la trace et permettent le ciblage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH le jeudi 9 jan 2014 à 23:04

    Mdr, pour Google l'amende c des clopinettes, en 10 minute Google gagne 750 000 $$, ils ont fait fort le Cnil des vrais rigolos, comme nos sbires du trône

  • garaffa le jeudi 9 jan 2014 à 11:13

    ils sont moins génereux quand il s'agit de nos impots!! Une "cacahuette" pour Google!!!

  • 82554976 le jeudi 9 jan 2014 à 11:08

    Google devrait interdire l'accès à ses logiciels aux nullos de la CNIL !!

  • mlaure13 le jeudi 9 jan 2014 à 10:44

    .../...L'important n'est-il pas de donner un exemple ???...Mais qqs zéros de plus, auraient fait plus sérieux?!!!...

  • T20 le jeudi 9 jan 2014 à 09:45

    Confidentialité ??? Et les "grandes oreilles" des services de Valls et autres services de l'état... Croyez vous qu'ils respectent votre liberté individuelle??? 2 poids - 2 mesures...

  • bearnhar le jeudi 9 jan 2014 à 09:35

    Qu'ils en profitent pour leur faire payer des impots._Cette boite n'est imposée qu'à 3% sur le sol Européen._Autrement écrit rien.

  • mlaure13 le jeudi 9 jan 2014 à 09:34

    L'important n'est-il pas de donner un exemple ???...

  • 1REK1 le jeudi 9 jan 2014 à 09:28

    OK avec la file, on vit une époque de merd.

  • faites_c le jeudi 9 jan 2014 à 09:27

    Et la CNIL compte mettre une amende au ministère des finances pour flicage de l'ensemble des contribuables français? Non là c'est normal de collecter les données sans notre accord puisque c'est pour encaisser de l'argent au nom de l'état! On en déduit qu'il y a 2 poids 2 mesures en France : la constitution des bases de données privées qui est formellement interdite et la constitution des bases de données par l'état sur lesquelles la CNIL n'a aucun droit de regard!!!

  • faites_c le jeudi 9 jan 2014 à 09:24

    "..ses nouvelles règles de confidentialité ont été attaquées d'une seule voix fin 2012 par les 27 autorités européennes de protection des données,... Six d'entre elles — France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Espagne, Pays-Bas — sont allées plus loin en avril et sont «passées à l'action»"C'est ce qu'on appelle l'unité européenne. Tout le monde est contre mais chaque pays lance sa propre procédure! Et après on veut nous faire croire que l'europe existe?