Vie monacale pour Assange à l'ambassade

le
0
Le fondateur de Wikileaks, qui dispose d'une petite pièce, passe la plupart de son temps à travailler sur son ordinateur, entre la gestion de son site et la préparation de sa défense.

Lundi matin, les abords de l'ambassade d'Équateur à Londres ont retrouvé leur calme habituel, si ce n'est quelques policiers qui montent encore la garde. Bien loin de l'agitation de ces derniers jours, qui ont vu se succéder médias, militants, forces de l'ordre et, enfin, Julian Assange lui-même dimanche, qui a pris la parole depuis le balcon du bâtiment. Après que sa demande d'asile politique a finalement été accordée par ce pays d'Amérique du Sud jeudi, le fondateur de Wikileaks se trouve désormais reclus dans le bâtiment du quartier de Knightsbridge.

Pour échapper à la justice britannique, qui souhaite l'extrader en Suède, Julian Assange n'a que peu d'options. Une seule s'avère véritablement sûre: attendre au sein de l'ambassade un éventuel - mais improbable - laissez-passer britannique qui lui permettrait de sortir librement du territoire. Une attente qui peut durer plusieurs années, comme cela a déjà été le cas avec le cardinal Joszef Mindszenty par exemp

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant