VIDÉOS. Pour Copé, l'attaque est la meilleure défense

le
0
Jean-François Copé réclame la transparence pour tous les partis.
Jean-François Copé réclame la transparence pour tous les partis.

Drapeau français, drapeau européen, fond bleu : un décor solennel pour une déclaration présentée comme telle. Seul face aux journalistes, le chef du parti d'opposition s'est adressé à ses "chers compatriotes", mais n'a pas prononcé un mot pour les sympathisants de l'UMP et autres participants du Sarkothon. Une posture quasi présidentielle de la part du "chef" de l'UMP, qui a annulé son interview de lundi matin sur RMC pour répondre une nouvelle fois aux "accusations" du Point selon lesquelles il a favorisé une société amie, Bygmalion, aux dépens de son parti.Un changement de programme décidé hier soir et que son conseiller Jérôme Lavrilleux, qui fut chargé de la logistique par Jean-François Copé pendant la campagne pour la présidence de l'UMP, a justifié par "une volonté de s'adresser à l'ensemble des journalistes et non à un seul d'entre eux". Sauf qu'à l'issue de son discours, Jean-François Copé n'est pas resté pour répondre aux questions et faire face à la contradiction. Les médias ont donc dû se contenter d'une défense en deux temps qui avait surtout des allures de contre-attaque."Tartuffes bouffis d'orgueil" Dans un premier temps, le maire de Meaux s'est posé en victime du journal Le Point et des journalistes et "commentateurs" dépeints en "tartuffes bouffis d'orgueil" aux "méthodes dignes de l'Inquisition" qu'il a accusés de mener '"une campagne de presse agressive, haineuse" à son encontre, basée sur des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant