Vidéos partagées sur internet: les télévisions s'adaptent

le
0
Vidéos partagées sur internet: les télévisions s'adaptent
Vidéos partagées sur internet: les télévisions s'adaptent

Confrontées à l'explosion de la vidéo sur internet et à la massification des échanges gratuits en ligne, les chaînes de télévision, qui luttent depuis des années contre la reproduction illégale de leurs contenus sur le web, préfèrent désormais accompagner le mouvement en disséminant leurs programmes dans un cadre légal.Longtemps, les chaînes de télévision ont raisonné dans une logique dite "verticale", où tous leurs contenus vidéos sur internet devaient être regardés uniquement dans un univers clos, le plus souvent limité à leur site officiel.Mais Twitter, Facebook, les TV connectées et des systèmes de reproduction ou de captation des vidéos, de plus en plus aboutis, sont passés par là. En quelques clics, les contenus diffusés sur le petit écran ou internet peuvent être copiés et mis en ligne sur un blog, une plateforme (YouTube, Dailymotion...) ou partagés avec des milliers de personnes sur les réseaux sociaux.Par ailleurs, les réseaux de télévision traditionnels sont bousculés aux Etats-Unis par des sites légaux de streaming vidéo, comme Netflix ou Hulu, qui permettent le visionnage en ligne sans téléchargement et se posent de plus en plus en concurrents directs.En France, où ces sites ne sont pas encore présents, cette perspective pousse les chaînes à mettre l'accent sur le numérique et à adopter une logique d'ouverture et de diffusion tous azimuts, propre à internet et aux réseaux sociaux.Remis lundi avec 80 propositions pour adapter la culture à la révolution numérique, le rapport Lescure constatait "la massification irréversible des échanges gratuits en ligne" tout en jugeant que la légalisation des échanges non marchands se heurtait aujourd'hui à "un trop grand nombre d'obstacles juridiques, économiques et pratiques"."Arrêter la mer avec les mains""Il faut arrêter de penser qu'on va arrêter la mer avec les mains. Si on ne donne pas des outils pour le...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant